#cl_1_0 {width:1%;} #cl_1_1 {width:79%;} #cl_1_2 {width:20%;}
cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
ce que vous trouverez ici
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Dessins érotiques gays

 

Prend moi!

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

deux hommes s'embrassent sur la plage
les garçons de la plage (je cède à mes pulsions homosexuelles)
amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
un parcours d'acceptation
Comment j'ai géré mes désirs homosexuels (différemment au cours du temps)

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

Billets selon l'humeur

"Ne faisons pas les hypocrites, quand on prononce le mot désir, chacun pense au sexe et au fait de faire l'amour. Certes, ce qui tend à s'user le plus vite, c'est l'obsession répétitive d'un besoin érotique qui ne serait que génital. Mais l'état amoureux s'épuise-t-il? Je ne pense pas. On peut même y vivre en permanence. C'est un état absolument incarné, qui prend clairement sa source dans mon sexe. Il s'agit bien de désir sexuel. Mais je peux vivre ça “en soi”, sans que cela se transforme forcément en acte sexuel à chaque fois.

 
La plupart des gens s'imaginent que nous ne pensons qu'avec la partie supérieure de notre corps et que le bas ne saurait être le siège que de pulsions animales. Ce n'est pas vrai. Nous pensons avec tout notre corps et je me demande même si les pensées les plus intéressantes ne nous viennent pas de nos entrailles et de notre sexe. Alors qu'à partir de cette sensation qui me monte de l'entrejambe, ma vie entière peut se trouver revivifiée. Cela me fait voir les feuilles des arbres plus vertes et la tête des gens plus humaine - et plus digne de respect! Quoi de plus normal, d'ailleurs: ne sommes-nous pas nés d'un désir d'entrejambe? N'est-ce pas notre identité de départ?"

 

Henri GOUGAUD

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41dw%2BwUgVgL._SL500_AA300_.jpgMa mère a décidé de m'offrir un bouquin pour m'aider à élever mes ados. Merci maman, mais s'il y a une personne des mains de laquelle je n'ai pas envie de recevoir ce genre de livre, c'est bien toi... Bref, ma mauvaise humeur passée, je feuillette le bouquin. Je cherche dans l'index devinez quoi, "homosexualité". Avec l'idée, si ce qui est dit est intelligent, de le renvoyer dans les dents de l'auteure de mes jours, histoire de lui dire: "Voici ce que tu aurais pu faire avec moi..." Mal m'en a pris. Sur un bouquin de 230 pages consacrées à l'adolescence, il y a à peine deux paragraphes sur l'homosexualité.

1er § intitulé en fuite de l'autre sexe, déjà, on voit que l'auteur a tout compris...

"Certains adolescents qui se confrontent à une déception trop forte lors de leur première relation amoureuse peuvent s'orienter, en réponse, vers l'homosexualité." Remarque: Bien sûr, si on est homo, c'est parce qu'on est dégoûté de l'autre sexe, ça peut pas être juste l'attirance pour "le même sexe que soi". Pour Monsieur Philippe Jeammet, c'est tellement pas normal d'aimer les personnes du même sexe que soi que l'explication la plus raisonnable, c'est d'avoir été (malencontreusement) déçu de la sexualité "normale".

Le 2ème passage où il est question du désir homosexuel chez l'adolescent insiste, comme il se doit, sur le fait que "l'homosexualité s'installe rarement à l'adolescence", que ces pulsions sont ponctuelles et que la parole de l'adulte doit aider l'ado à ne pas "se figer" dans une orientation sexuelle (déviante?). Remarque: en effet, le désir homosexuel peut être chez l'ado qui se cherche quelque chose de passager. Mais je trouve choquant que l'ado qui prend son courage à deux mains pour dire qui il est à ses parents, s'entende répondre: "ça te passera."

 

Je viens aujourd'hui vous parler d'un blog original et qui fait écho en moi.

 

http://fdata.over-blog.net/4/09/17/11/header_article_tmpphpfn4bBn.jpg

 

Prêtre et gay, le Père Jonathan nous livre ses réflexions, sa vie en toute humanité.

 

Le récit de son chemin vers l'acceptation de ses désirs (à lire dans le jour G) m'a particulièrement touché. J'ai moi-même refusé d'être "comme ça" pendant si longtemps... Jonathan, comme cette prière "Seigneur, je ne veux pas être gay!", résonne en moi :

 

Peu à peu ma prière monte, de plus en plus forte, de plus en plus violente, pour crier au Seigneur : "Seigneur, je ne veux pas être gay." Et en criant de plus en plus, je m'enfonce dans le silence de Dieu, dans cette nuit dont l'obscurité était tangible, envahissante. Jusqu'au moment, où après un silence gigantesque, ou plutôt plongé dans ce néant noir et profond, je murmure :"je suis gay." Et je trouve la paix.

 

Père Jonathan, vous avez des bras poilus comme j'aime !Il faut que je vous dise qu'ado, j'ai pensé à devenir prêtre. Une façon certainement pour moi de m'imaginer un avenir socialement acceptable sans femme. Par ailleurs, à l'époque, très croyant, j'ai usé une énergie folle à essayer (en vain!) de ne plus me masturber (j'avais compris que ça ne plaisait pas à Dieu). Aussi, j'ai lu avec plaisir l'article Je me masturbe et sans scrupules .

8h Je dépose les enfants à l'école. Je ne me sens pas bien ce matin. Je prends la route pour aller bosser.

8h40 Je vais bientôt arriver au boulot, mais je n'en peux plus. Trop de soucis pour écouter ceux des autres aujourd'hui. Marre de me forcer. Je me gare dans une petite rue. J'appelle ma chef. Je fais demi-tour et, perpendiculaire à la route, je vois les voitures qui passent. Les gens se retournent, me regardent de façon insistante. Je prends rendez-vous chez le médecin. Qu'est-ce que je vais lui dire?
Il y a la queue au feu et, dans les voitures, les hommes se ressemblent tous. Ils se retournent sur moi. Deux fois. J'y ressens la terrible contrainte sociale:

 

_ Je sais, je vais pas bosser aujourd'hui, ma voiture est arrêtée, j'ai quitté le flux, je sais !


J'entends ma mère:


_ C'est facile de tomber, beaucoup plus difficile de se relever!


J'en ai vu à Paris ce week-end, des hommes assis dans le froid, une couverture sur les épaules. Leur odeur de clochards... C'est vite fait, de tomber, disait-elle ...
Je reprends la route pour rentrer chez moi. Je ne peux tourner à gauche; la file qui attend au feu et dans laquelle je dois m'insérer est interminable. J'allais me résigner à prendre à droite, quand un automobiliste me laisse passer. En fait, c'est pour ça qu'ils me regardaient tous. Ils se demandaient si j'attendais pour passer. Je fais le signe indien pour dire merci. Je m'en vais prendre soin de moi.