cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Erotique gay

Quand ça sent fort le mâle! - Nouvelles érotiques gays bien sales

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
Homme marié, comment j'ai géré mes désirs homosexuels
Guérir de l'homosexualité

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

S'accepter homo

les sentiers de l'acceptationJ’étais dans le doute mais au fond de moi je le savais. J'ai aimé, certes en secret, mais j’ai aimé. Pas les personnes du sexe opposé comme je l’ai tant souhaité. J’ai essayé. Mais non ! Ca ne se choisit pas. Le cœur en a voulu différemment. Mon cœur à préféré battre pour des filles…. Je suis une fille. Voilà les sources de tous mes tracas.

J’y pense éperdument depuis des années. Des années d’enfermement et de prison pour un crime que je n’ai pas commis. Pourquoi, pourquoi cela m’arrive t-il à moi ? C’est impossible ! Pourquoi ? Jamais je ne le saurais, il en est ainsi, il me faut vivre avec. Je dois l’accepter. Ce chemin long, tortueux, obscur, je crois en voir le bout. Oui, le sentier de l’acceptation de soi. Sa finalité sera l’acceptation d’être homosexuelle.


Que ce mot est difficile à dire, à prononcer, mais aussi à écrire. Ce simple mot qui m’a fait tant de mal… que je l’ai haï ! Combien de fois, la colère s’est elle emparée de moi, par le seul fait d’y penser. Elle vient encore cette colère... encore... parfois.

Oui, penser, songer, chose que je n’ai jamais omis de faire, et ce chaque jour. Pendant des années. Chaque jour, ces pensées m’ont hanté. Oui, je suis une fille qui aime les filles.

Cette absolue vérité, mon plus grand secret, je l’ai refoulée. Par mon esprit raisonnable, je me suis interdite d’aimer.

Alors j’ai cru que j’étais incapable d’avoir des sentiments pour autrui. A plusieurs reprises j’ai fui les hommes qui voulaient gagner mon cœur. J’ai essayé de le leur donner, ce cœur, mais je fuyais malgré tout. J’ai cru que c’était par peur. Mais non, c’est que je ne les aimais pas, je les aimais bien... seulement. Dans leur bras, j’étais de glace. Le malaise s’emparait de moi. Je me brisais. Ca m’était insupportable. Leurs baisers, je ne les savourais pas. J’ai alors cru que je serais incapable d’aimer. Ma conscience, mon "moi", me mentait : « - Ce n’est pas le bon, voilà tout. Tu ne peux pas t’engager si tu n’est pas attirée. » « - Mais ça n'est pas possible... Que tu est difficile, tu ne veux quand même pas finir vieille fille ? »

A chaque fois il en était ainsi. Ma conscience me disait d’attendre. D’attendre... et qu’il finirait par venir. J’attendais, mais à chaque fois, il en était ainsi. A chaque fois mon coeur restait de pierre, sans vie. A chaque fois, le scénario était le même, sans surprise... mais avec pourtant des espoirs. Pourtant quelque part je savais quelle en était la cause. Mais je l’ai enfouie, je l’ai refoulée.

"Mais alors suis-je normale, suis-je incapable d’aimer ?" me disais-je. "Resterais-je indéfiniment seule ?"

Pendant ces moments de questionnement, je connaissais des sensations étranges, des battements de cœurs incontrôlables, des maux de ventres, une sensation de chaleur qui envahissait mon corps tout entier. Mais ces sensations n’apparaissaient qu'à la vue d’une fille ou d’une femme. Mais cela je l’ai refusé également. Je l’ai refoulé. Encore et encore...

Et ces rêves, inconscients ou conscients, dans lesquels apparaissaient une fille. Cela aussi, je l’ai nié.

Pendant toutes ces années, j’ai pensé, j’ai imaginé... mais je n’ai rien vécu qui pouvait y ressembler. Je n’ai pas vécu cette histoire dont tous les arts font tant l’éloge. Je ne vivais pas ce que mon entourage vivait.

Tout cela je ne veux plus le subir, je n’en peut plus. J’aimerai me libérer de ces fers. Celles de la raison, de la morale (sociale), du « normal ». Qui quelque part, me prive de ma liberté. Oui, je veux tout simplement suivre mon cœur... car il est moi.

A ce jour, je perçois le bout de ce sentier. Il semble que je commence à l’accepter. Et ce indirectement grâce à un ami merveilleux que j’ai pourtant fait souffrir. Peut être aussi grâce à un peu de courage. Car c’est pour apaiser sa peine (et peut être la mienne aussi !!) que je lui ai révélé mon plus grand secret. Je voulais qu’il comprenne pourquoi son amour pour moi serait sans retour.
Lui avoir révélé cette aspect de moi le plus secret, m’a sans doute permis d’avancer, de comprendre, de faire monter à la surface cette chose que j’ai toujours senti, ressenti et su, mais que je ne voulais pas accepter.

Cette révélation m’a permis de consacrer une chose : le fait que je sois incapable d’aimer un homme, mais que je suis capable d’aimer une femme. Même si je suis une femme. Ainsi commence je crois le début de la fin d’un long cheminement vers une acceptation... l’acceptation d’être homosexuelle.

Voila le début de mon histoire, seulement le début, car ce travail sur soi est loin d’être achevé. Bien d’autres pages restent à écrire et tourner.

J’espère un jour arriver à me débarrasser de cette colère. J’espère pouvoir sortir un jour de l’ombre. Pour ne jamais y revenir. Jamais !
 
Avalon
 
sentiers
 

 

 

J'ai quitté mon pays pour accomplir l'un des mes rêves d'enfance: connaître une nouvelle langue et une autre culture, mais ce que j'ai trouvé ici ça a été bien le tourment de ma vie.


C'est de la faute d'un cousin éloigné que je suis aujourd'hui dans ce marécage des sentiments. On avait commencé très jeunes à s'embrasser "comme dans les films" comme il me disait à l'époque et on avait fini avec des rapports sexuels qui ont changé mes attirances sexuelles pour toujours. Tout ça s'est passé presque devant mes parents et ses parents mais personne n'a rien dit jamais. Cette histoire terminée, j'avais 16 ans, j'ai passé mon adolescence entre la peur et la honte caché derrière un masque pour me protéger de l'incompréhension des autres, sans espoir de retrouver la paix intérieure à laquelle j'aspirais. Ça a été ma femme la seule personne qui m'a écouté. On s'est connus à 18 ans et je lui ai dit qui j'étais et elle m'a accepté. Après on est tombé amoureux et on a commencé un projet de vie ensemble. Les enfant sont arrivés plus tard etc. J'ai eu de la chance parce qu'en couple on pouvait parler comme des amis des garçons qui nous plaisaient... elle a été toujours si comprehensive et complice. On avait fait un pacte de fidélité. Moi je faisais une division entre mes deux mondes.

 

Quand internet et les sites porno sont arrivés, j'ai eu du mal à tenir les choses à leur place. Pire que ça je quitte mon pays à cause de la crise et je rencontre au boulot l'homme de mes rêves. Beau comme un dieu avec des yeux bleus comme la mer, incroyablement intelligent, il est attentionné, doux, dur des fois. Il a secoué mon monde comme personne ne l'a jamais fait. On a commencé a travailler ensemble ça fait un an. On était sur la même longueur d'onde. Il avait des enfants aussi on avait les mêmes problèmes plus il était récemment divorcé et il a trouvé en moi un ami qui l'écoutait. Il a commencé aussi à me taquiner et il faisait beaucoup de blagues gays mais un moment donné j'ai commencé a croire ce qu'il disait. Il a commencé à me toucher beaucoup, à me regarder différemment. Même un jour festive au boulot il me disait que ça le faisait chier que j'étais marié et qu'il allait toujours me défendre. Pas plus loin que ça. Un jour chez lui je pense il a voulu que je l'embrasse mais le problème c'est que lui il kiffe les filles et maintenant il a une copine. Pendant ce temps-là je suis tombé petit à petit amoureux de lui. Comme c'était insupportable d'être à côté de lui,  j'ai essayé de travailler la nuit pour l'éviter. Grande erreur. Mes tourments sont devenus horribles. J'avais mal aux mains, mal au coeur. Je ne pouvais plus dormir, c'était la seule chose à laquelle je pensais toute la journée. Lui. J'ai essayé une fois de lui dire ce que je sentais pour lui. Je me suis arrêté de suite, j'ai ressenti que ça allé très mal se finir pour moi. Toujours la peur et la honte. Du coup avec ma femme ça allait très mal aussi. Aimer ce garçon à 38 ans m'a pris toute l'énergie que j'avais. Combien des fois il m'a fait pleurer, combien des lettres jamais envoyées je lui ai écrit. Toute ma passion envolée pour lui. Ça fait 15 jours j'ai failli quitter ma famille pour lui, mais il s'est éloigné, sûrement il va partir de la boîte. Vivre avec sa copine. Je ne sais pas. Pourquoi il m'a fait croire quil m'aimait aussi?


Pourquoi il a été si cruel? Il a détruit mon coeur, j'aurais donné ma vie pour lui. Pourquoi cette souffrance infinie? Toujours la même question pourquoi? Je ne veux plus sortir de mon placard s'il n'est pas là.

 

Andrew

Bonjour à vous qui lirez ces lignes. Je vais bientôt avoir 26 ans, et je traverse un cap qui se révèle vraiment angoissant. Depuis longtemps je me disais bi, sans grand espoir de connaître l'amour, et sans avoir besoin que ma famille sache. Et j'ai rencontré Daniel.

Lorsque je l'ai rencontré dans un sauna mardi dernier, j'avais juste envie de l'aborder, et la suite s'est révélée magique. On s'est promis de se revoir la semaine suivante, et j'attendais ce moment avec impatience, parce que avec lui que je sens bien, que je veux mieux connaître, avec qui je veux que nous soyons heureux et personne d'autre.

Mais alors quelque chose est remonté à la surface. J'avais déjà fréquenté d'autres hommes avant lui, et avec plusieurs d'entre eux j'ai pratiqué des fellations sans précaution. Et il s'est passé la même chose avec Daniel.

J'ai décidé de savoir où j'en étais, et je passerai une prise de sang lundi, mais j'ignore vraiment si j'aurai à nouveau le courage d'être avec lui en pensant que je lui ai fait prendre un risque, surtout avant d'avoir reçu les résultats. Je ne veux pas qu'il ait à souffrir à cause de moi, mais je ne veux pas le perdre non plus.

 

Aurélien