#cl_1_0 {width:1%;} #cl_1_1 {width:79%;} #cl_1_2 {width:20%;}
cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
ce que vous trouverez ici
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Dessins érotiques gays

 

Prend moi!

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

deux hommes s'embrassent sur la plage
les garçons de la plage (je cède à mes pulsions homosexuelles)
amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
un parcours d'acceptation
Comment j'ai géré mes désirs homosexuels (différemment au cours du temps)

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

stand gay

 

 

Souvenirs  (Rentrée des associations)

 

''Je peux même vous dire où vous étiez. Vous étiez au Campo Santo, à l’endroit où il y a aujourd’hui le stand d’une chorale de Gospel. Je revois des hommes. Je me rappelle aussi de ce que je me suis dit: ”_Des personnes comme moi, des homosexuels.” Je pouvais me confier: être enfin compris et ne plus être seul avec mes désirs. Il y avait quelques pas à faire et une main à tendre, et le plus dur: accepter, en faisant cette démarche, mon homosexualité.  Qu’est-ce que ce mot me faisait mal. C’était sale, c’était le vice. Le vice dont j’étais atteint et sur lequel était écrit en gras: NE LE DIS A PERSONNE. Est-ce que je pensais que tant que je ne le disais pas cela n’existait pas, d’un sens? Est-ce que j’ai eu peur qu’on me voit devant ce stand honteux? Je crois que ce qui me faisait le plus peur c’était de me retrouver face à cette réalité, cette réalité indicible mais têtue: j’étais homosexuel. Je suis homosexuel. J’avais 20 ans et j’ai fait demi-tour sans saluer ''les hommes sur le stand de l'association Gay''. Deux ans plus tard je me mariais. Ca fait 20 ans.

Aujourd’hui, je suis à nouveau passé à côté du stand de l'association Gay; beaucoup plus visible qu’il y a 20 ans avec moult drapeaux et panneaux colorés. Je me suis arrêté pour saluer Denis. Je lui ai parlé de mes soucis et il m’a encouragé d’un geste chaleureux. Le stand n’est plus aux Camp Santo mais rue Royale, pas loin d'une association de pères divorcés. J’ai pris leurs coordonnées...

Aujourd’hui, je me dis en général que si je me suis marié, c’est que je n’avais pas conscience, à 20 ans, d’être homo. Et puis, certains événements me rappellent que si, je savais. Je le savais parfaitement.''

 

aux associations gays: merci d'exister

 

Articles liés
  barque  prison-banniere.jpg  scene-film-l-arbre-et-la-foret
Entre le temps passé et le temps qu'il me reste... (réflexions d'un homo tardif)  15 ans ferme! (comment je me suis construit une prison tout seul)L'arbre et la forêt (Ducastel/Martineau)

 

commentaires

renaud 26/04/2011 21:56



Pq suis-je différent ? Pq moi ? Je suis rassuré et souffre à la fois de partager de superbes moments avec la maman de ma fille...


...quelque chose très fort. Mais cela se vit en silence, en tte discrétion, situation professionnelle oblige. La crainte de ces réactions me paralyse. Ou serai-je demain ? Le bien être de ma
fille avant tout, je veux m'oublier pour elle. Je refuse qu'elle souffre "adulte" d'un mal être quelque part dans son enfance. Lui donner ttes les armes dont elle a droit. Et pourtant je me dis
également que j'ai le droit de vivre ma vie avec mes différences. Je vais sur mes 40 ans.


Lire ces articles me fait du bien.  



un chemin d'acceptation de soi 30/04/2011 07:40



Salut Renaud,


"Pourquoi suis-je différent?" Tout ne peut-il pas continuer comme avant? L'avenir fait peur, parfois quand on sait que le changement est inéluctable car il faudra bien finir par être soi. Quand
on sait aussi qu'on "emmène dans la tourmente" femme et enfant. Pourtant est-ce sûr que c'est un mal pour eux? Je veux apprendre à mes enfants le courage d'être soi...


Amitiés, courage ...


CyriIIe



Gin 07/11/2010 07:10



@Christophe Martet “On le sait très vite” euh… peut-être, peut-être pas! Quoique c’est mon grand mystère: c’est plus facile pour
les garçons de savoir? Je relie ça vaguement au côté “mécanique” de la manifestation du désir masculin, mais bon je n’y connais rien, du coup j’ai des jolies petites théories dans la tête,
surement très stupides (les garçons et moi ça fait 30).
Ou après ça dépend de la définition du très vite… pour moi n’avoir les premiers signes que vers 18 ans, je trouve ça horriblement long, le verbaliser à 20 ans, je trouve ça très long aussi… du
coup je ne peux qu’être remuée par le post d’Un chemin d’acception de soi, qui visiblement le verbalise si tard… 15 ans à se construire une prison tout seul pour reprendre ses propos (mais il
n’est jamais trop tard pour commencer une nouvelle vie), forcément ça interpelle, secoue mais ça me donne aussi l’envie de lui souhaiter tout plein de bonheurs (futurs et présents).


J’aime beaucoup ce post, merci, ça me rappelle des souvenirs, ce fait de savoir sans savoir en fin de compte. On se dit: tiens, je viens de me rendre compte que je suis homo, et puis si on
cherche bien on arrive à trouver des signes…
Je comprend tout à fait l’idée de “si je ne le dis pas, je ne le suis pas”, ça reste de l’ordre du virtuel. Pas d’idée de vice pour moi, pas de peur de la réaction de la société non plus, je suis
née visiblement 20 ans plus tard que vous (toi? je ne suis pas forcément à l’aise avec le tutoiement sur internet de personnes visiblement plus âgées que moi ^^), la vie est plus facile pour
s’accepter, même si ce n’est pas encore l’idéal. Même sans cela, il doit y avoir quelque chose, un je-ne-sais-quoi qui m’a empêcher de le verbaliser, que je n’ai pas encore réussi à trouver.
Je comprends aussi la peur, cette peur qu’on me vois aussi à regarder la vitrine d’une assoc LGBT, qui me pousser à l’effacement systématique de l’historique d’internet quand j’allais sur des
sites d’infos LGBT ect…
Peur irraisonnée, la même que pour vous, celle de se dire “si je rode près des centres LGBT, si je lis 40 témoignages sur suis-je homo? et que j’ai peur qu’on le sache, ça ne cache pas quelque
chose en fait?”. Merci pour cette phrase: cette réalité indicible mais têtue: j’étais homosexuel(le). Je suis homosexuel(le).


Bref merci pour votre blog, très intéressant, et désolé de vous laisser un pavé sur votre post, mon besoin de verbaliser ayant pu se réaliser, il se manifeste pas mal à coups de long commentaires
sur ma vie dans les posts de yagg ^^’ (je n’ai pas d’excuses en plus, car j’avais aussi ouvert un blog…)



Christophe Martet 30/10/2010 10:00



Tout à fat d’accord avec toi. On le sait très vite, même si parfois le déni est si puissant que l’on ne veut pas le reconnaître. Merci pour ce post