Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

______________________

dernier témoignage reçu: mon témoignage de père de famille homosexuel (01/04/16)

______________________

PS2: si vous voulez être sûr de pouvoir toujours accéder à ce blog, merci d'enregistrer son adresse-racine: poemesgays.over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

 

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

Ex hétéros: qq liens

 

Site ami

 

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
moi 25 mars 2016 Guérir de l'homosexualité
tu es de quel pays? ça m'interesse. J'ai peut etre une solution , pas pour guerir certes mais pour au moins ne pas etre obligée de dire à tout le monde que je suis lesbienne
 
Je suis lesbienne, j'ai 21 ans.

Si un gay homme veut faire un mariage de convenance, de façade, ( ma famille est très conservatrice ) pour au moins quelques années, je suis partante ! Bien sur si affection et profonde amitié il y a.

Je n'ai aucun doute la dessus. ceux qui seraient tentés de répondre par des injonctions, des leçons de morale, ou des conseil de coming out, veuillez avoir la courtoisie de vous abstenir. Merci !
 
 
1loops 25 mars 2016 15 ans ferme! (comment je me suis construit une prison tout seul)
J'ai bientôt 49 ans...je ne me souviens plus la dernière fois que je me suis amusé...insouciant....simplement libre....il y a plus de 30 ans!!! J'ai tellement appris...tout reste confus...je suis si fatigué. J'ai eu de nombreuses petites amies (plus de 10 ans chaotique avec la "dernière"), j'ai un fils de plus de 20 ans. J'ai mis mon courage a l'épreuve ( forces spéciales , ring de boxe....et j'en passe) , j'aimerai tant me laisser aimer et je peut plus....trop tard....j'ai appris a jouer de la musique....et maintenant....j'aimerai tant jouer, chanter, partager ,m'amuser et aimer. J'ai consulté des psy...j'ai essayé... des amis m'on tendu la main....mais rien!!!!!!! J'ai repoussé tout le monde....des années et des années de solitude....je n'ai plus de force et mon cœur ne peut plus
 
L 23 mars 2016 Je suis simplement fier d'être pd
C'est un très beau texte mais je ne suis pas d'accord avec le coup du "nous sommes une communauté... etc" .

Moi je ne sens aucun sens de la communauté, ma culture n'es pas différente de celle des hétéros et souvent a part mon homosexualité je n'ai absolument rien en commun avec les autres gays. A part le rejet dont on a tous forcément souffert un moment ou un autre je ne me sens pas plus proche d'un gay que d'un hétéro. Malheureusement beaucoup ne pense pas comme moi et rester en communauté contribu a rester qu'un petit groupe marginalisé et dans le fond très peu connu et compris du reste de la société.

Moi je prône la lutte contre l'enfermement dans une communauté, je suis tellement fier et a l'aise avec ce que je suis que je n'ai pas besoin de rester avec des gens sois disant similaires, j'ai l'ultime liberté de me considérer l'exact égal des hétéros et donc ne me vois pas comme un gay mais comme un homme car les hétéros ne se sentent pas spécialement hétéros c'est juste comme ça, naturel. Et bien moi c'est la même chose.
 
 
Lucas W 14 mars 2016  Guérir de l'homosexualité
Tu n'as pas de probleme: on ne guerit pas de l'homosexualité, puisque ce n'est pas une maladie. Aime les hommes, fait ta vie avec un homme. On est dans une societe evoluée, et personne, je dis bien personne, n'as le droit de te critiquer. J'ai 15 ans, je suis homo, j'ai un copain et jamais, je dis bien jamais, je ne serai avec une femme. Non pas que je ne les apprécie pas ou qu'elles me degoutent. J'aime les garcons. J'aime faire l'amour avec des garçons. J'aime prendre un garçon dans mes bras. Que ça plaise ou non,je m'en fiche, c'est MON choix. Ne te laisse pas influencer, par pitié.. L'amour, qu'il soit homo ou hétéro, doit etre vecu. Au moins une fois dans ta vie. Et ce n'es pas un péché, tu sera normal, et pas un taré qui s'empeche de regarder un homme en maillot et qui fait des enfants a une femme alors que son idéal est un homme. Etre focus avec une femme que tu n'aime pas reellement, et ce durant toute ta vie, ça c'est un pêcher. Allez vous faire foutre les extremiste, on est plus au moyen-age. Merci ;)
 
MATZ (Erik) 19 février 2016  Les sentiers de l'acceptation
Très beaux témoignages (de Maudus et de dionisos) OUI ! être pédé (dans la société / même au XXI ème siècle !!! demande (beaucoup de courage).

Erik (a) .
 
Forumhomo 16 février 2016  coming out d'un père de famille
Ce n'est pas facile d'avouer son homosexualité quand on est jeune mais je ne serais pas imaginer comme ça doit l'être encore plus pour quelqu'un qui a fondé une famille et qui se dévoile comme ça du jour au lendemain, il faut un sacré courage, bravo.
 
Bonjour, je ne viens plus que rarement sur ce site c'est vrai. Mais il est formidable. Pour toi "verslalumiere", sache que je vis désormais avec l'homme de ma vie, celui dont j'ai longuement parlé ici. (j'avais d'ailleurs publié un 3e article dans la rubrique "pères divorcés gays"- titre: vaincre sa peur. ). J'ai divorcé. Tout se passe bien (même avec mon ex femme qui a accepté mon homme - ils sont même devenus amis !... Donc j'ai eu beaucoup de chance, lui et moi nous adorons au plus haut point. J'espère que toi aussi ta situation s'est améliorée depuis ton message. Amicalement, Marc

"Des hommes et des femmes changent plus ou moins brutalement de vie alors qu'ils sont mariés, ont des enfants et semblent installés dans une totale "normalité". Ils semblent "devenir homosexuels". Il s'agit naturellement d'une révolution absolue. Comment vit-on cette révolution? Surtout, pourquoi s'impose-t-on l'épreuve que représente un tel bouleversement pour soi et pour l'entourage? Et pourquoi ne pas avoir vécu cette métamorphose plus tôt?"

Emmanuel Ménard, Parler d'homosexualité

 

bourgeon

Une voix au fond de moi:honte-3.jpg

"Ne le dis à personne
Tais-toi. Garde ça pour toi
T'as pas envie qu'les autres se moquent
C'est intime ça n'est qu'à toi

D'ailleurs nul n'est au courant
chacun son jardin secret
Si tu le dis c'est dégradant
Il faut savoir rester discret

Comme les copains mater les filles
Et faire ce qu'on attend de toi
Tes parents sont fiers que tu te maries
C'est pas compliqué tu vois"

Facile de taire qui on est
Rester vaincu par la honte
Oublier ses rêves et la fierté
D'exister dans ce monde


Une autre voix têtue celle-là

A marre de subir cette violence
De ne pouvoir être moi-même
Veut mettre fin à cette souffrance
Et dire que c'est les hommes que j'aime

CyriIIe

  d'autres poèmes gays

Quand j'étais au collège, j'ai commencé à me rendre compte que j'étais différent des autres. J'étais attiré par les hommes. C'est d'un garçon dont j'avais envie d'être amoureux, c'est avec un homme que je voulais faire l'amour. Et je savais que ça n'était pas bien. Alors j'ai décidé de "faire comme si de rien n'était". Car, finalement, personne ne le savait.

 

ET PERSONNE NE DEVAIT LE SAVOIR

 

Et moi j'ai traîné ce malaise pendant toutes ces années...

 

Pourquoi j'ai fait comme si j'étais comme les autres? Ce n'est pas une décision que j'ai prise. Je n'ai pas "pesé le pour et le contre". Regarder les filles avec les copains, c'était naturel, cela allait de soi, c'est ce qu'on attendait de moi. D'ailleurs, je ne me disais pas "je suis homosexuel". Le mot me faisait bien trop peur. C'était juste trop dur de me dire que j'étais comme ça. Trop dur de le dire, de faire tant de peine à mes parents, de supporter le regard des autres... Je voulais pas être différent des copains. Finalement, je me suis mis à jouer un rôle

 

ET A Y CROIRE

 

J'ai rencontré une femme, nous sommes tombés amoureux l'un de l'autre. Vraiment. Et nous avons des enfants qui sont ce que nous avons de plus précieux.

 

MAIS

 

J'ai envie que ceux que j'aime sachent qui je suis.

J'ai envie d'être authentique avec ceux qui me sont chers.

J'ai envie d'être compris.

J'ai envie d'être moi-même et d'arrêter de cacher ce que j'ai au fond de moi.

J'ai envie de montrer qu'on peut accepter d'être différent.

 

CyriIIe

 

NB: J'ai écrit ce texte avant de faire mon coming-out à mes enfants. Pour rassembler mes idées sur ce que je voulais leur dire ...

 

marié et homo: mon parcours

. un chemin d'acceptation de soi - dans Marié et homo: mon parcours
commenter cet article