Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

 

boite gay

Si vous aussi vous souhaitez publier un témoignage ici, merci de me l'envoyer en cliquant sur la boîte aux lettres. Malgré les apparences, le formulaire peut transmettre sans difficultés des textes même très longs (j'ai vérifié!). Dans tous les cas, je reprendrai contact avec vous au moment de la publication (merci de fournir une adresse mail à cet effet et de mettre en objet "pour publication").

 

 

 

 

Bien sûr, il y a aussi la possibilité d'utiliser les commentaires.

. un chemin d'acceptation de soi - dans Homme marié gay (choisir)
commenter cet article

commentaires

JIJI8675 24/12/2014 15:16


A mon ami Emmanuel, mes copains de site Cyrille, Mike, Paul et Laurène


Pour certains Noêl est une fête en famille et avec le passage a une nouvelle année, un nouvel élan.


Je termine l'année en cauchemard et boulversé. Je me raccroche à  ce qu'il me reste de ma vie, même si certains me connaissent je suis d'un natuel positif.


Mais là, je ne peux plus. J'essaye de renaitre dans ma nouvelle identité, être ce que je suis avec mes ressentis et mon amour mais depuis quelques jours je suis confronté aux idées de ma fille,
mon épouse, ma fille, mon fils et ma maman qui s'appercoivent de mon changement. Je suis comme un volcan qui a envie d'exploser. 


Il y a quelques jours à Nantes dans une église, j'ai laissé un billet sur comment aimer son prochain. Le mien fut simple " Aimer n'est pas interdit, L'amour n'a pas d'identité. Un papa en
détresse. Ces deux phrases ont un sens et résume mon attente. Je pleurais discrettement et enfin j'osais dire mes sentiments.


Il y a quelques temps sur Badoo, un garçon que je vais rencontrer me laisser après un échange: J'ai besoin de sentir son corps, le caliner, le toucher, etc.. Plus nous échangions plus je sentais
que nous avions la même histoire et le même désir.


Tout se bouscule dans ma tête et mes nuits sont de plus en plus courtes.


Hier je demandais à ma mère, si ton fils t'annonçait qu'il était différent, l'aimerais tu. Gentillement me répond, tu n'es pas Pd j'espère et as tu pensé à ta famille.Et là tout se bloque et j'ai
répondu que ma question s'adressais pour un pote. J'esquivais en lui parlant des problèmes avec mon épouse. Sa réponse fut claire, ne fait rien tant que je suis vivante.


Le soir même avec mon fils qui n'est pas dupe, me faisait la même morale par rapport à mon attitude avec sa maman.


Maintenant que dois je faire. Aidez moi. Je ne peux pas briser et perdre l'amour de mes enfants, surtout de mon fils qui me prend pour son modèle, ma fille pour son confidant.


J'essaye de me raisonner, faire semblant mais pour combien de temps. Je me suis accepté, je suis gay et je partage de merveilleux moments avec un petit amour. Je suis en train de me mentir. 


Je voudrais changer, mais je suis confronté a tout cet ensemble. Ils comptent tous sur moi. Mais que faire. Je me bouscule avec ma conscience. 


Je vous remercie 


Bisous à vous tous.


 


 


 


 

un chemin d'acceptation de soi 24/12/2014 16:22



A toi, JJ.


Je peux effectivement témoigner que tu es d'un naturel positif. Ton enthousiasme à vivre ta "nouvelle identité" est palpable ... et communicatif! Mais tout cela se trouve en ce moment confronté à
tes proches: mère, épouse, fille, fils...


Tu écris: " Ils comptent tous sur moi. Mais que faire. Je me bouscule avec ma conscience."


Tu te bouscules avec ta conscience et avec ta culpabilité. Et combien je te comprends! C'est tellement dur de déplaire à ceux qu'on aime. Moi, j'ai toujours l'impression que si je ne fais pas ce
qu'on attend de moi, on va moins m'aimer. Alors qu'en fait, non! Bien sûr, c'est dur pour nos proches de voir qu'on change, qu'on évolue. Mais c'est parce qu'on est vivant! Ceux qui nous aiment
nous aiment comme nous sommes, des êtres qui changent, qui se découvrent... Certains utilisent le chantage affectif pour qu'on correspondent à leurs attentes et là, il faut savoir résister et
poursuivre son chemin.


Bon courage à toi, je t'embrasse,


Cyrille



Jiji8675 24/11/2014 07:08


Bonjour Paul


J'ai pris connaissance de ton récit qui me touche. Je vis sensiblement cette même aventure.


Je me suis présenté sur ce blog il y a peu de temps." Homme marié et je n'ai plus honte..... " . Ma petite histoire est présente.  Aujourd'hui je m assume homo et mes amis sur Paris savent
qui je suis et heureusement ils sont là. Vendredi une bonne copine avec qui je travaille, une nana formidable ouverte d esprit à tendu un perche en m envoyant un lien sur une chanson dure sur l
homosexualité d une couple et la destruction de leur amour par des homophobe.  J'ai pleuré et j'ai compris qu'elle s en doutait. 


Par contre les relations avec mon épouse ou je partage depuis 33 années deviennent difficiles. Elle m aime et souffre de mon attitude. Je suis agressif et j'ai du mal à supporté ma vie. Je vis
sur Paris la semaine et heureusement pour retrouver ma vraie vie. Mais cath n à rien demander et  je lui i impose.Elle me confiait qu elle a peur sans savoir que j'ai fait mon coming out
auprès de mes relations parisiens. Elle se sent  peu trahi et je l'ai  ressenti aussi avec ma chère fille que j adore. Je trouve normale l attitude de nos épouses mais que faire.
Continuer à être le parfait époux et avoir une relation avec un garçon ce qui est mon cas actuellement même si cela est du partiel. Actuellement je souffre de cette situation, quand je ressens sa
main j'ai l impression  de ressentir la main de la personne que j aime, quand j'ai eu ma dernière relation avec elle, je faisais l amour avec lui. Je ne sais plus comment géré. Mike me dit
pourquoi tu ne la quittes pas. J'ai deux amours d enfants 29 et 25 ans, j'ai construit autour d eux et je ne ne veux pas les faire souffrir comme je lai vécu avec mes parents.


 Hier ma fille me disait que l on aurait du se séparer plus tôt .Impossible tt se tsunami m à éclate à la figure depuis 2013 avec le psy. 


Alors que fait on maitenant. Je ne vais pas mettre  mouchoir sur ma vie. Je n'ai plus honte et un copain Laurent me disait vendredi tu t es accepté  homo et tu vas découvrir maintenant
le plaisir homo. 


A bientôt Paul. 


Si tu veux on peut échanger 


 Ce n'est pas un problème. 


Biz


 


 


..

Paul 22/11/2014 21:52


Salut Ricou,


Ton histoire ressemble sans aucun doute à beaucoup d'autres. Je suis moi-même dans ta situation, marié depuis un quart de siècle, 10 ans d'amour-fusion, 10 ans de compromis entre la lune de miel
que nous souhaitions prolonger et les exigeances des enfants, aujourd'hui hors coquille, épanouis et heureux.. En tous cas ils nous le témoignent... Et puis ces cinq dernières années ont été
court-circuitées par le retour de vieux émois...


Alors ado, je m'étais laissé encanaillé par des camarades de jeux plus hardis que moi. En clair ils m'ont innitiés à la branlette collective. Ce furent là mes premiers orgasmes sans
arrière-pensée puisque ce que nous faisions là était tout à fait normal et surtout pas "pédé"... M'a-t-on fait croire évidemment. Soit, sitôt mon premier flirt avec une jolie camarade de classe,
vers 15 ans, je savais déjà tout de la pratique amoureuse et m'en suis donné à coeur joie... Jusqu'à 25 ans je les ai collectionnées à la pèle, plus jeunes ou plus âgées, elles étaient toutes
bonnes à prendre... Et puis j'ai été foudroyé par celle qui est devenue mon épouse et la mère de mes enfants, ma complice pour la vie...


Naturellement comme chaque couple ici bas, nous avons eu notre lot de guigne mais nous en sommes toujours relevés, plus fort qu'avant... Et puis il y a eu Internet, la curiosité, mon envie
secrète de voir du X pour pimenter ma libido, alors que je n'avais jamais été dans un ciné porno de ma vie... Les films 100% hétéros, souvent brutaux et vulgaires, les lesbiennes, déjà plus
tendre et pourquoi pas - j'ai longuement hésité à rédiger le mot "gay" - les plans entre mecs... Où j'ai découvert, outre des scènes sado-maso, hard ou vulgaires, des films d'une sensualité
percutante. Cela m'a évidemment émoustillé et rappelé nos petits jeux d'ados, mes premières sensations sexuelles.... Etais-je homo refoulé? Comment pouvais-je être excité avec de telles
images? Que se passait-il en moi alors que mon désir se précisait de plus en plus? Questionnements sans fin et surtout sans réponse, désirs refoulés alors qu'en même temps, notre sexualité
de couple subissait l'érosion du temps, les divers stress professionnels mais aussi mes angoisses de me découvrir sur une voie que je me refusais obstinément... pourtant irrésistible!


 


Angoisses et neurasténie que mon épouse a fini par déceler en moi, elle qui a toujours tout fait pour que règne une parfaite harmonie dans notre couple et notre famille. Se sentait-elle
responsable de ma soudaine crise de la quarantaine bien entammée?.... Je n'avais aucune idée comment aborder le sujet avec elle... Venais-je de découvrir mon homosexualité ou n'était-ce qu'un
fantasme, qu'une passade? Ou alors de la bisexualité? Je n'avais pas encore passé à l'acte et il fallait que j'en aie le coeur net, sans oser franchir le pas... Et un jour, nous évoquions
notre sexualité avec ma femme, très librement comme toujours. Très confiant et par souci de vérité, je lui ai alors avoué que j'avais des fantasmes ou pensais être homo sans nuancer le
propos, totalement inexpériementé en la matière... Mais je n'ai pas eu le temps d'en rajouter. L'annonce a fait l'effet d'une bombe, un raz-de-marée total dans l'esprit de mon épouse, bouche
bée, totalement désemparée. Je redoutais la fin imminente de notre couple tant la crise fut violente...


Quatre ans ont passé, de crises en réconciliations. Et au fil de dialogues de plus en plus appaisés - j'ai aussi eu le courage de faire une première rencontre, puis d'autres pour comprendre
mes limites et mes désirs - je lui ai expliqué ce qui se passe en moi. D'une part ce besoin de sensualité masculine comme pour me retrouver en phase avec un fragment de ma personnalité que je
n'identifie pas encore et d'autre part, mon besoin d'affection et d'amour, de confiance et de complicité que je n'ai pu vivre intensément jusqu'ici qu'avec mon épouse. Impossible d'envisager une
séparation, je l'aime et sais combien elle m'aime. Le sujet n'est pas tabou mais nous évitons de raviver la foudre. Notre sexualité a entretemps repris de plus belle....


Mais le déclic m'a fait comprendre aussi que mon besoin de sensualité masculine était sans doute irrépressible. Je dis sans doute parce qu'il me tarraude toujours l'esprit en dépit de
nombreuses tentatives de clore le chapitre. Je n'y arrive pas. Mon épouse le sait et bien qu'elle fasse bonne mine à mauvais jeu, elle en souffre. Elle a bien voulu m'accorder ces écarts mais, la
pillule reste très amère, elle ne l'avale pas....


Voilà où j'en suis aujourd'hui, ou en est notre couple à l'approche de la cinquantaine. Comment allons-nous évoluer dans cette nouvelle réalité? Je l'ignore et parfois, j'angoisse...


Alors si j'écris ce message aujourd'hui, c'est pour savoir ou en est ton couple Ricou?... Car tu ne révèles pas ce qui c'est produit dans l'esprit de ton épouse, le choc qu'elle a dû encaisser,
la façon de l'accepter (ou pas) et surtout de vivre avec...


Lorsque je lis certains blogs sur les épouses qui découvrent ou apprennent l'homosexualité (bisexualité?) de leur mari, le choc dévastateur que cela provoque et les réactions catégoriques de
certaines lectrices outrées sont éloquents. Je réalise alors que le fait d'avouer de telles choses à celles qui nous ont fait don de leur vie et de leur confiance
absolue équivaut à un assassinat, un choc psychologique d'une violence inouïe.


En dépit de toutes les souffrances subies par certains gars qui se sont toujours refusé l'évidence de leur désirs, en dépit des traumatismes personnels, des frustrations que certains
hommes subissent avec ça, le fait de l'avouer à sa conjointe me semble aujourd'hui être un acte très égoïste.... j'ai le sentiment d'avoir anéanti le feu sacré de mon épouse au prix d'une
libération personnelle, d'une pseudo résurection dans mon vrai "moi" sans en être encore vraiment persuadé... Et toi "Ricou"?


Avec toute ma sympathie. Paul

daniel 20/11/2014 16:10


Bonjour Ricou,


J'ai été très ému par ton témoignage et je me suis entièrement retrouvé au travers de ta description. Malheureusement je vis une histoire d'amour virtuelle et intense avec un mec plus jeune que
moi de 20 ans (j'en ai 45, marié et 3 enfants) et j'en suis follement amoureux. Il ne sait pas que je suis marié avec enfants et ma femme et mes enfants non plus ne savent pas que je fréquente un
homme. Comme toi j'ai eu quelques relations avec d'autres hommes, mais à chaque fois je m'interdisais de prolonger la relation et ce n'était que purement sexuel. Aujourd'hui je sais que j'aspire
à autre chose, à aimer enfin qui je veux en faisant abstraction de mon éduction, du quand dira-t-on, bref vivre ma vie. Cependant j'ai très très peur de la réaction de ma femme et j'aurai aimé
connaître ta position quant à cela, par rapport à ton expérience, j'ai très peur de quitter le domicile conjugal pur vivre ma vie pleinement sans être obligé de ma cacher comme un voleur, sans
obliger d'être honteux et de culpabiliser pour le mal que je suis en train de faire.


Merci d'avance pour tes conseils ou pour ceux de toute autre personne qui pourrait m'apporter un soutien. A vrai dire je me sens très désemparé et envisage de suivre une psychothérapie tant la
situation dans laquelle je vis aujourd'hui m'étouffe au point de m'en rendre physiquement malade.


Daniel

Alain 01/08/2012 22:24


Bonsoir Hocine


 


ta situation me touche ... bon courage ! Pour te sentir moins seul tu peux aller découvrir ce forum administré par Cyrille et moi même ..


http://exheteros.xooit.com/index.php


Cordialement


Alain

hocine 01/08/2012 18:27


bonsoir  je suis vraiment touché par tous ces temoignages moi aussi je vis ma bissexualite en cachette et a l age de 55 ans.je suis marie depuis 25 ans pere de 02enfants majeurs je suis
oblige de mentir a cause du des prejuges et des reactions de l entourage en un mot je me prive de mes vrais fantasmes plutot que de subir les foudres des intolerants et ils sont bien plus
nombreux car je suis suis d un pays homophobe et intolerant mreci avous et au revoire

jluc 20/01/2012 17:30


je reprends oui peut être me dira t-elle de partir sauf qu'elle me dit m'aimer et fait tout pour me garder.


mais quand je suis avec mon homme je me sens bien, en paix.


Depuis 4 ans je tourne tout cela dans ma tête, comment l^cher tout ce que je connais, mes enfants (qui sont granbds maintenant, étudiants, mes amis, ma maison, et ma belle famille que j'aime ??
que de questions.

J Luc 20/01/2012 17:26


Bonjour merci pour ton témoignage. J'ai 50 ans dans quelques mois et suis amoureux 'un hiomme depuis 4 ans et demi. Nous nous voyons le plus possible, partons qq fois en vacances ensemble. J'ai
voulu quitter ma femme déjà 2 fois mais c'est tres difficile de la voir souffrir alors qu'elle ne mérite pas ça. Alors je suis toujours à la maison mais jusqu'à quand ?


j'attends un évènement, ou qu'elle me dise de part

alain 12/11/2011 20:49



merci pour ton message suis content de pouvoir parler isi cette tristese ki est en moi sans me cacher j s ai k j ne suis pa le seul dans mon ca  .


homme k j desir  d aimer  pour koi ?


de toucher de decouvrire tou cela est en moi ?


mes pencer sons tourner ver vous pour koi ?



alain 11/11/2011 22:02



plus de plaisire plus d envie plus de desire et un tres grand vide mon annivairesaire arrive deja 50 ans marie a une femme admirable et tres couragueuse oui beaucou de chance mai j suis atirer
par les hommes j bute dans cette vie tros tar pour l homo ki dormer au fon de moi et ki veu vivre maintenan mai comment dans cette vie k j ai faite sans faire de paine j pense souvent a en finir
de cette vie mai pa le droit de faire de paine a ma femme et enfants et mes adorable petite fille k j aime par desu tou il on besoin de moi pour beaucoup de chose alors faire semblant d etre
heureux avec un coeure plain de paine et noyer sou les larmes kan j suis seul a la vie vie vie tres dure tros dur combien de temp pouraige tenir j ne sais pa chac jour ki passe et un comba pour
continuer devair avoir honte de dire cela kant il ian na tan ki se bate pour survivre j sais mai bon ????????



un chemin d'acceptation de soi 12/11/2011 09:22



Bonjour Alain,


Je comprends ta détresse, et c'est clair que les anniversaires sont l'occasion de faire le point sur sa vie. C'est souvent cruel. Mais, est-il jamais trop tard pour essayer d'être heureux
et réaliser les projets qui nous sont chers ? Tu parles bcp dans ton message de ta crainte de faire de la peine à ta femme, tes enfants. Le souci est qu'il faut aussi s'occuper de son
propre bonheur (sinon qui le fera ?). Et aussi parce que pour apporter aux autres il faut être soi-même "bien dans ses baskets". Ceux qui t'aime ont envie que tu sois heureux...


Tu as tout mon soutien Alain


Amitiés.



eausauvage 24/12/2010 13:12



Bonjour,


J'ai lu ton blog avec attention , rassurant et qui me comforte dans mes décisions récentes . Comprendre, savoir que nous ne sommes pas seuls et que peut être je suis dans le vrai .


Merci à toi et un joyeux Noël


Philippe


 


,  


 



onil 11/08/2010 16:44



De origine cubain je suis arrivé en France ça fait maintenant 14 ans. Ma vie homosexuel est comence a l'age de 18 car je decidé de dire la verité à tout le monde dans ma famille, le cartié
et mon village tout entier ne sont pas tarde a savoir..... mes sudaines frequentation ont fait le boulot " les folles, les pedés, les pervers, les diables en fin les homosexuels
cette mes amis) A 18 ans je me suis dit STOP a la depresion et la culpabilité, aux autres de avaler la pilule, si non " a dar por culo" Ils me sont fait bc du mal certain heteros, certains
personnes jalousses et mechantes gratuitement. Au bout des années je vais a mon pais et les personnes que se moquent de moi il sont tous dans la misere. Ils se rappelent même plus de
moi quand ils me voit mais moi je les regarde avec un gran ettonement et certain pitié. Quand on est mechant avec les autres on fini par le payer et la rue tourne et tourne. Je suis
quelqu'un de très gentil et vainqueur de une timidité extreme. Je ne souhaite le mal a personne, mais beaucoup de ceux qui m'on crié Pedale dans la rue ahoujourd'hui il sont des étres
malheureux et sans espoir de vivre et construir des belles choses. Finalment je pense que le bien fini toujours pour gagner. Je payez cher mon choix de etre gay dans un pais comuniste mais
ahoujourd'hui j'ai une force-douce de caractere qui me permet un rapport aux autres exeptionel. Trop des anées a me cacher et me sentir comme une merde devant les autres: Fiers, virils, sure de
eux. et moi à fuir et faire semblant tout le temps. EPUISSANT ET TERRIBLEMENT TRISTE.Etre homosexuel peut avoir bc des avantages, le relacionel, on peut mieux profiter sa vie financierement car
on peut pas avoir de famille, on est plus sensible (souvent aux belles choses que les comuns des hommes ) En fin, je vois pas ou est la honte de étre si gracieux et plain de calites ( Comme
beaucoup des homosexuels sont ) Rien de plus exitant et ammusant que passer une soirée avec des homos. Avec les gens "normaux" et les familles avec des enfants on se fait chier a mourir. Je
vous embrasse tous. A bientôt Onil Je me excuse pour mon langaje et mes fautes d'ortografe mais ça sont des choses qui me tienen trop a coeur, et ça me fait mal voir les jeunes gay soufrir autant
à cause de la connerie humaine.