#cl_1_0 {width:1%;} #cl_1_1 {width:79%;} #cl_1_2 {width:20%;}
cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
ce que vous trouverez ici
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Dessins érotiques gays

 

Prend moi!

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

deux hommes s'embrassent sur la plage
les garçons de la plage (je cède à mes pulsions homosexuelles)
amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
un parcours d'acceptation
Comment j'ai géré mes désirs homosexuels (différemment au cours du temps)

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

3 moments de mon parcours

coming out 7

 

J'avais honte de mes désirs homo, aujourd'hui, je suis fier de les accepter, et j'ai envie de les vivre, de vivre, d'être moi-même, enfin!



potion

Une anecdote pour commencer:

Je participe à une réunion dans le cadre d'une association de bisexuels. Un mec dans ma situation; marié, mais attiré par les hommes, a cette expression: "Je voudrais qu'il existe une potion à avaler pour ne plus ressentir cette attirance, ces envies." Et moi je me dis "même si cette potion existait, je ne la boirais pas."

Cela me fait réfléchir: mes désirs homosexuels remettent en cause ma relation avec ma femme, la stabilité que je voulais pour mes enfants, et je ne suis pas prêt  à boire la potion! Je le comprends alors: mes désirs homosexuels, j'y tiens! Après les avoir tant cachés à moi-même et aux autres, j'ai fini par les accepter. J'ai pris conscience de toute la honte subie. Je suis en colère d'avoir eu tellement honte de moi, de m'être habitué à avoir honte. J'ai si longtemps vécu dans la peur d'être découvert. Mais j'ai finalement réussi à m'accepter, à ne plus avoir honte, à me construire une image de moi positive avec mes désirs homosexuels. Ce chemin parcouru, c'est mon histoire, c'est important pour moi. Essentielle aussi la solidarité que je vis avec mes pairs.


acceptation

 

Dans Comprendre l'homosexualité, Marina Castañeda cite Marcel Proust:

 

"Ce que nous n'avons pas eu à déchiffrer, à éclaircir par notre effort personnel, ce qui était clair avant nous, n'est pas à nous."

 

 

Pour moi, être gay, c'est aussi un choix. En tous les cas, un choix de bien le vivre (dans la fierté, pas dans la honte)!

C'est dur de me dire que pour vivre une vie qui me ressemble, pour être authentique, je dois divorcer. Mais je ne peux plus revenir en arrière. Ce besoin de vivre enfin ce que je suis après m'être contraint à être comme les autres est devenu trop fort pour moi.

Faudra-t-il que je ressente ce pincement au coeur, cette impression d'être passé à côté de ma vie à chaque fois que je vois deux mecs se tenir par la main?

Cyrille

 

Faudra-t-il que je ressente ce pincement au coeur, cette impression d'être passé à côté de ma vie à chaque fois que je vois deux mecs se tenir par la main?

 

commentaires

Ti lin 06/01/2018 22:16

Pas facile à gérer ses envies homosexuelles quand on est marié et père de famille Son cercle d'ami sa famille surtout que de ma part ce n'est que sexuelle ça me tracasse toujours même si j'ai franchi la clôture à quelques reprises j'en ai envi trop souvent alors j'attend la potion

Nathanel 07/01/2018 23:49

Bonsoir Ti Lin,
À ta disposition pour en parler ensemble si tu le souhaites...
Amitiés,
Nathanael

Pascal 25/06/2011 17:18



Bonjour,


Comme ce témoignage (tous les autres aussi d'ailleurs) me touche! Mon Dieu! que le parcours de l'acceptation de soi est long et semé d'embuche ! Je me reconnais dans ce témoignage et ça me fait
un bien fou de voir que je ne suis pas seul. Merci à toi


 


 



eausauvage 24/12/2010 13:53



Oh oui ! que je l'ai souvent eu ce pincement dont tu parles, il était devenu pesant, insupportable . C'est lui aussi qui a fait prendre un jour conscience que ça ne pouvait plus durer et que cela
ne tenait qu'a moi .



fredo 11/08/2010 10:18



Bonjour


De passage par hasard sur cette page , je me suis arrêtée , pourquoi?


Un message de coeur été lisible sur votre page, bien au delà des mots écrits , j'ai pu lire une souffrance, un appel ,


Alors en tant que femme , je voudrai vous dire que votre situation n'est pas envieuse, que vous avez beaucoup de mérite , savoir se trouver et l'avouer.


Je ne sais pas comment je réagirai si je devais vivre une telle relation , mais je pense que il faut savoir vivre, et s'est un beau chemin de vie , qui s'offre à vous.


Je n'ai pas encore entièrement lu vos écrits , il me reste encore des pages à consultées , mais j'ai commencé à le faire...


Je reste avec vous par la pensée et vous apporte mon soutien , ainsi qu'à tous les hommes dans votre cas , qui vivent dans l'ombre et souffrent en silence.


Je vous tend une main en secours et vous livre mes pensées.


Que vos jours soient un peu soulagés


A bientôt , je reviendrai sur les commentaires et poursuivre ma quête ...


Bien à vous et sincèrement



un chemin d'acceptation de soi 11/08/2010 14:27



Merci pour votre sensibilité.


Merci pour votre main tendue.


Merci pour la chaleur humaine qui soigne.


Et bonne chance pour cette belle quête


Amitiés



Hervé 09/08/2010 16:55



Cyrille,

L'urgence, dans nos cas de perdition, de perte de repères, c'est de trouver cet autre à qui ressembler, de se sentir moins suel au monde.

Personnelement, lorsqu'à l'approche de mes 40 ans, les questionnements qui vont avec sont arrivés, je me suis posé un tas de questions. A commencer par : pourquoi, comment as-tu pu nouer des
relations, puis épouser cette femme et avoir des enfants, alors que tu connaissais ton attirance pour le hommes ?

Poser la question ainsi, c'est se la poser comme le ferait un hétéro 100% qui n'a jamais eu le moindre regard pour ses congénères, à part peut-être pour s'y comparer, anatomiquement parlant. Mais
en tout cas sans jamais le moindre émoi.

Bien sûr que la norme nous guide. Plus encore pour ceux aujourd'hui âgés de plus de 33-35 ans.
Bien sûr que notre entourage familial et donc notre éducation aura marqué, longuement, nos réflexions et même nos réflexes. C'est bien, c'est pas bien.

Pourtant, si lon creuse un peu, si l'on gratte les vernis, même anciens voire très anciens, combien de nos ascendants auraient rêvé de pouvoir se séparer d'un conjoint "programmé", ou plus
récemment (jusqu'à nos parents) trop jeune rencontré ?
Parce que lutter contre ses désirs les plus ancrés, c'est peine perdue ! sauf à accepter de souffrir sa vie durant pour on ne sait, aujourd'hui, quelle transmission. L'Histoire est truffée,
ainsi, de vie gâchées. D'hommes comme de femems. Si encore elles avaient pu démontrer quelque vertu pour l'être concerné ou mieux, pour l'Humanité...

Nous souffrons, nos familles et nous, d'un "qu'en-dira-t-on" des plus coupables. Apprenons à nous apprécier tels que nous sommes : il ne faut jamais oublier que, pour aimer les autres, il faut
d'abord s'aimer soi-même ! Non pas tel un narcisse. Mais, en toute objectivité, savoir trouver le bon (voire le beau) en soi.

Celui qui vit et a vécu ses relations, amicales ou amoureuses, en toute sincérité et dans le respect de l'autre, doit pouvoir trouver la porte de sortie vers mieux de lui-même, sans manquer de
respect envers sa compagne ou son compagnon.

Culpabiliser, alors, est un ressenti logique : qui aime, a priori, faire souffrir ? Qui plus est un ête qu'on a aimé voire aime encore.
Mais cette culpabilité ne tient qu'au travers, une nouvelle fois, du "qu'en-dira-t-on" : si je la (le) quitte, comment serai-je "jugé" par les miens, la famille, les amis ? Les enfants
ensuite, si l'ex conjoint les nourrit de paroles négatives...

J'ai été traversé par ces errances, par ces peurs légitimes. Si mon ex-femme avait voulu (ou pu) comprendre mes contradictions, sans doute n'aurais-je pas franchi l'obstacle.
Mais, mon cheminement étant personnel, elle n'a pas pu m'y suivre. Logique. Et la dégradation de nos relations de couple ont joué le rôle de détonnateur. Je n'étais plus en mesure d'assumer les
compromis du passé. Un texte fondateur avait alors su valider mon désir : "le bonheur, désespérément", d'André Comte-Sponville. En résumé de ce petit mais (à mes yeux) lumineux essai de
philosophie : ne plus attendre mais agir, ne plus craindre mais savoir, ne plus espérer mais jouir (de la vie) !

Hervé



da silva sameiro 25/07/2010 23:40



penses vous a la famille que vous abandonnée



Laure 25/07/2018 23:53

Bonsoir,
Mariée depuis 20 ans, mon mari vient de me quitter pour un homme ; j'ai encaissé par amour une mst qu'il m'a transmise, ses escapades homo pensant que cela s'arrangerait car oui je l'aime .... je pensais "nous" mais il pense "lui et vivre pour lui" Maintenant je suis seule à me morfondre. Je comprends son cheminement pas facile mais très égoiste. Cela fait pas un mois qu'il est parti et il va au bord de la mer avec son "copain" pour mieux se connaitre ; pour ma part je reste avec mes enfants et sa présence me manque je hais son homosexalité qui a fait exploser notre relation. Il me dit qùe je suis encore sa femme mais il souhaiterait que je sois une amie sur qui il peux compter ...... tout va bien dans le meilleur des mondes .... et moi mon mari il est oú je fais quoi de cet amour pour lui je n'ai plus personne .... il y a des moments où je craque en le cachant à mes enfants pour ne pas en rajouter à leur peine. Mes nuits sont courtes. Le plus dur c'est qu'il m'a avoué être désagréable pour me pousser à la rupture .... mais je pensais naivement que l'on trouverait une solution mais malheureusement j'étais seule à le vouloir. Je ne souhaite à personne de vivre cela .... Je n'ai jamais voulu que l'on se sépare....