Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

masque1bC’est vers l’âge de 15 ans que j’ai commencé à me rendre compte que je n’étais pas dans la norme. Dans tous mes rêves, mes fantasmes je faisais l’amour avec un homme. J’avais certes des copines qui me plaisaient mais mon regard se tournait inexorablement vers mes copains. Rester dans la norme. Sortir, draguer les filles, éviter le trouble des vestiaires, des sorties piscine scolaire ou non. Ne pas se dévoiler.


masque2Arrive le temps de l’armée milieu viril par excellence où la norme est de mise. C’est néanmoins là que j’aurais une première expérience certes très soft avec un mec. J’ai des aventures féminines mais reste puceau de ma propre sexualité. Ne pas se dévoiler.


J’ai 20 ans incapable d’assumer ce que je suis, je deviens le jeu de ma propre vie. J’enchaîne les conquêtes d’un soir. Je deviens le bon copain rigolo qui sait s’amuser, qui se tape un maximum de nana. Il n’y a que moi pour détester ma compagnie. Pris dans mes contradictions, je joue. Ne pas se dévoiler.


masque4Je vais rencontrer Didier, le beau gosse hétéro forcément. Il a une copine et pour rester en contact, je vais sortir avec la sœur. Avec Didier, on passe beaucoup de temps ensemble. J’ai toujours pensé peut-être a tort qu’il était comme moi, on se touche, s’effleure, se taquine, nos jeux virils dérapent mais sans que ni lui ni moi n’ayons le courage de dévoiler nos sentiments. Didier restera au fil des années le partenaire privilégié de mes câlins solitaires. Ne pas se dévoiler.


masque5J’ai 25 ans, j’en ai marre de vivre dans un mensonge permanent, bas les masques, tant pis pour la conséquence, je veux sortir de la norme. C’est décidé je révèle qui je suis, ce que je suis vraiment… Raté. Virginie passe par là avant que ma grande résolution ne soit accomplie, ma révélation. Je manque surtout de courage et me complais dans la norme. Coup de foudre, mariage champagne tout le monde est content, moi je suis mal à l’aise, je mets un couvercle sur mon moi. Arrivent les enfants, je mets les pieds sur ce couvercle. Ne pas se dévoiler.


Le coup de foudre a laissé sa place au train-train quotidien. J’ai réussi tant bien que mal à garder les pieds sur ce couvercle. Mais le vrai moi est de plus en plus présent, dans chaque pensée, chaque regard. Je vais devenir fou. Un week-end où ma femme et les enfants ne sont pas là j’en profite pour rencontrer un mec trouvé par téléphone. J’ai 35 ans, je viens de passer la nuit avec Hervé. Je ne suis plus puceau de ma propre sexualité. Je suis heureux. On va se revoir trois, quatre fois et puis la culpabilité, la honte, la peur vont reprendre le dessus. Adieu Hervé, je remets le couvercle. Ne pas se dévoiler.


masque7J’ai 40 ans, nous avons changé de région. J’ai plus de temps libre et écume les sites de rencontre sur internet. Plans insipides et lot de bargeots en tout genre finalement je vais rencontrer Jérémy. Notre relation clandestine va durer un an. Puis cette relation ne le satisfait plus, il devient jaloux de ma femme, de mes gosses. Il veut autre chose, je suis incapable de lui donner. Pas l’envie ou encore et toujours ce manque de courage que je traîne depuis tant d’année. Il va me dévoiler. Ma femme, mes gosses je ne peux pas. Je stoppe. Ne pas se dévoiler.


masque6Je vais me rendre compte assez vite que finalement ce n’est pas lui qui me manque le plus, mais nos après-midi et quelque fois nos nuits. J’ai bien fait, ce n’est pas le bon, fin de l’histoire. Ne pas se dévoiler.


Les plans s’enchaînent banals, tristes, juste l’occasion de tirer un coup point barre. Et puis après un énième plan arrive Laurent. Ah Laurent! Rencontre magique, avec lui tout est simple. J’adore nos discussions à n’en plus finir, nos balades romantiques, nos baisers volés, nos après-midi, nos nuits celles passées dans son lit ou à s’écrire via SMS et MSN. Avec lui je suis bien, je suis moi, oui je suis enfin moi. Avec lui je me fous de la norme. Je n’ai pas honte. Je me fous des quolibets. Oui j’aime un mec, qui me fait rire, qui me fait vivre. J’aime Laurent point. J’ai commencé à lever le couvercle petit à petit. Mon frère et Didier dans un premier temps. Rester ma femme et mes gosses. J’ai fini par leur dire. Cris, pleurs, disputes; se fût plutôt dur, rude, mais je n’avais pas le choix. Ma vie, ma survie étaient en jeu.

 
devoileAujourd’hui j’ai 43 ans et sans renier ma vie passée, j’ai commencé à vivre la mienne. Arrêter le mensonge, arrêter le jeu, faire tomber le masque, faire sauter ce couvercle qui me gardait prisonnier de ma propre vie, de mon propre moi. Avec Laurent on vit ensemble depuis deux mois, on est heureux. Voilà c’est ma vie, elle est certe banale mais bon c’est la mienne. Je tiens à remercier Virginie, pour ta compréhension, je t’aime ma chérie, mes enfants le plus beau des cadeaux de ma vie passée, Laurent mon révélateur l’amour de ma nouvelle vie. Merci aussi à ce site, la lecture de vos témoignages m’a peut-être ou sûrement donnée le courage de lever ce voile gros épais, m’a permis de comprendre que je n’étais pas le seul dans cette situation. Je vais laisser le mot de la fin à mon fils de 16 ans qui m’a dit il n’y a pas très longtemps:

«_ C’est ta life papa, tu en fais ce que tu en veux. Tu es heureux, je suis heureux pour toi.»

Je me suis enfin dévoilé.

 

Photo0266.jpg

commentaires

Alain 31/03/2012 13:29


Millle mercis pour ce témoignage, ce partage de ta vie, de ce combat intérieur que nous avons majoritairement vécu ...


Je te souhaite d'être heureux, d'être épanoui auprès de Laurent sans oublier Virginie et tes enfants !


Bises


Alain