#cl_1_0 {width:1%;} #cl_1_1 {width:79%;} #cl_1_2 {width:20%;}
cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
ce que vous trouverez ici
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Dessins érotiques gays

 

Prend moi!

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

deux hommes s'embrassent sur la plage
les garçons de la plage (je cède à mes pulsions homosexuelles)
amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
un parcours d'acceptation
Comment j'ai géré mes désirs homosexuels (différemment au cours du temps)

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

mur

 

Bonjour, je m’appelle Avi, j’ai 32 ans et vis à Jérusalem. Après de longues années d’enfance et d’adolescence torturées par l’idée d’une défaillance divine lors de mon arrivée sur cette terre, j’ai décidé de prendre ma vie en main et d’affronter ce Dieu qui ne se manifestait pas assez pour moi. Après un parcours universitaire couronné de succès, j’ai décidé de tout plaquer, de fuir ce monde parisien néfaste et illusoire pour chercher un peu de vérité ailleurs. Direction Jérusalem: violence de la révélation, douleur et regret face aux errances passées, et surtout un choix cornélien à faire: suivre les voies de Dieu et mettre un terme à cette foutue homosexualité (active), ce qui implique une vie faite de mariage, d’enfants et des bonheurs qui y sont liés, ou vivre en contradiction permanente avec ce Dieu qui s’est révélé dans toute sans force et sa violence pour me faire comprendre qu’il existait bien et que je devrais désormais faire avec. J’ai fait mon choix, je me sacrifierai.

mur2.jpg
Et voilà que j’émerge aujourd’hui, fier de mon mariage, de mes beaux enfants, mais terriblement étouffé par cette vie dont je ne peux me plaindre puisque je l’ai choisie. Mais alors pourquoi cette souffrance latente, cette état dépressif qui n’ose pas dire son nom, pourquoi cet amour que m’apportent mes enfants et ma femme ne sont que des gouttes d’eau dans une terre aride, immédiatement englouti dans cette soif d’autre chose, mais quoi? Une autre vie, avec un homme? Comment aurais-je le culot de briser la vie de mon épouse et de mes enfants, juste pour mes petits besoins personnels? Vivre une double vie? Comment aurais-je le toupet de tromper ma femme et de jouer à cache-cache avec Dieu qui attend tant de moi? J’ai choisi de me sacrifier, je reste persuadé que c’était le bon choix, mais je souffre tellement. Alors si quelqu’un peut me dire si cette souffrance est justifiée ou si je suis dans l’erreur, je lui serais reconnaissant.

 

par-dessus-le-mur.jpg

 

commentaires

Paul 12/10/2019 15:56

Même si le message de Campagnol est vieux d'il y a 5 ans, il reste d'actualité. La question de l'homosexualité et du catholicisme est prégnante. En bouleversement depuis plusieurs mois, je ne peux plus me rendre à la messe car j'ai envie de lâcher prise sur la religion car elle est trop associée au conformisme d'une société où l'homme doit être marié, avec des enfants...
Est-ce que cela reviendra un jour ?

campagnol 10/01/2014 14:47


Bonjour, c'est curieux ce parcours avec cet esprit de sacrifice, ce tourment, cette dépression, ce mal-être ressemble beaucoup au mien. Catho, pratiquant, vingt ans de mariage, deux fils...Et une
véritable colère intérieure contre "Dieu" (?) ou disons la très mauvaise image (idole...) d'un Dieu pervers, méchant et justicier...Il a fallu attendre mes 43 ans pour que j'accepte ma vie,mon
orientation sexuelle des garçons comme...un don de Dieu qui (je le crois) m'aime tel que jesuis, imparfait, blessé, cabossé mais vrai et reconnaissant désormais de la vie qu'Il m'a donné...Pour
un chrétien le "Père" est important mais nous avons des images tordues et inquiétantes de nos propres pères...Car Dieu est mère aussi, et je pense à tendresse, indulgence, douceur, pardon...Pour
avoir vécu pendant des années avec une vision "archaïque" (culturelle car liée à des textes écrits en une époque donnée, époque pas brillante pour la condition féminine), je me suis tourmenté,
opposant ma foi au Christ et mon homosexualité...Pour moi Il est plutôt celui qui m'a véritablement ouvert, par sa subversion des traditions archaïques et machistes, la réconcialiation avec le
Père, dans l'Esprit. Dieu nous veut debout et joyeux je pense, ce n'est pas "le sacrifice" qu'il demande mais la confiance, l'abandon, le don de soi...et 'si  votre coeur vous accuse, Dieu
est plus grand que votre coeur", c'est en Saint Jean...Il m'arrive parfois de penser que, loin d'être une malédiction, mon orientation sexuelle est une grâce : par elle j'ai avancé en humanité,
compassion, écoute, compréhension...Il suffit de lâcher cette mauvaise culpabilité qui nous concentre sur notre nombril et de rendre grâce pour tout ce qui a été vécu de beau et de bon dans nos
vies...compliquées.


Fraternellement, Campagnol

Serge 29/07/2013 02:04


Ton témoignage me touche. Je sens ton désespoire et ton errance... Je suis dans ton cas, comme bcp de personnes sur ce site...


Qui est Dieu ? Un barbu quelque part dans le ciel qui te regarde et qui te juge ? Ce "Dieu" qui juge, n'est qu'un concept isssu d'un mental malsain et dégénéré...


Le Dieu que tu cherches, est en toi et attends qu'une seule chose, c que tu sois tel qu'il en a décidé. Dans ta spécificité, tu es la fleur de son jardin, différentes et unique et sans toi, il
n'y aurait pas l'harmonie dans son jardin. Tu n'es et ne sera jamais jugé, mais pris dans la totalité de ton Etre.


Aussi, accepte pleinement ce que tu es.. et vis ce que tu as à vivre dans le respect et l'amour...


Je te souhaite le meilleur...


 


 

Moi 30/03/2013 18:45


Je rebondis sur ton propos Richard, j'en suis là aussi dans cette affirmation non pas d'un choix mais d'une évidence! L'impossibilité désormais de faire abstraction de cette partie de moi même
qui m'appartient entièrement. Cette homoséxualité latente je l'ai refoulé et enfoui longtemps, elle a ressurgit là pour devenir un aboutissement incontournable...

Richard 22/03/2013 12:04


Salut,


J'aimerais que tu me parles de Ton Dieu qui t'impose de telles souffrances intérieures. N'est-ce pas Lui que tu devrais consulter et écouter? Dois-tu vraiment sacrifier ta vie à Sa Volonté ?
Peut-on rendre heureux femme et enfants sans être heureux soi-même?


Tu n'es pas seul à vivre ces grands questionnements, à souffrir, à vivre dans une détresse difficle à exprimer et à vouloir s'en sortir. Je suis surpris de voir comment se comportent ceux qui ont
osé et il ne m'apparait pas catastrophique, non plus, de voir leur femme, leurs enfants, leur famille: eux-aussi s'en sortent et réussisent à grandir.


Le pire dans tout ca, c'est justement de s'accrocher à la peur, aux tourments intérieurs, au doute, aux idées fausses, aux préjugés, aux difficultés matérielles et financières...plutot que
d'affronter la réalité, de vivre pleinement ce que l'on ne peut changer, ce que l'on est vraiment. C'est là ou j'en suis aussi présentement!


Bon courage!