Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

mur

 

Bonjour, je m’appelle Avi, j’ai 32 ans et vis à Jérusalem. Après de longues années d’enfance et d’adolescence torturées par l’idée d’une défaillance divine lors de mon arrivée sur cette terre, j’ai décidé de prendre ma vie en main et d’affronter ce Dieu qui ne se manifestait pas assez pour moi. Après un parcours universitaire couronné de succès, j’ai décidé de tout plaquer, de fuir ce monde parisien néfaste et illusoire pour chercher un peu de vérité ailleurs. Direction Jérusalem: violence de la révélation, douleur et regret face aux errances passées, et surtout un choix cornélien à faire: suivre les voies de Dieu et mettre un terme à cette foutue homosexualité (active), ce qui implique une vie faite de mariage, d’enfants et des bonheurs qui y sont liés, ou vivre en contradiction permanente avec ce Dieu qui s’est révélé dans toute sans force et sa violence pour me faire comprendre qu’il existait bien et que je devrais désormais faire avec. J’ai fait mon choix, je me sacrifierai.

mur2.jpg
Et voilà que j’émerge aujourd’hui, fier de mon mariage, de mes beaux enfants, mais terriblement étouffé par cette vie dont je ne peux me plaindre puisque je l’ai choisie. Mais alors pourquoi cette souffrance latente, cette état dépressif qui n’ose pas dire son nom, pourquoi cet amour que m’apportent mes enfants et ma femme ne sont que des gouttes d’eau dans une terre aride, immédiatement englouti dans cette soif d’autre chose, mais quoi? Une autre vie, avec un homme? Comment aurais-je le culot de briser la vie de mon épouse et de mes enfants, juste pour mes petits besoins personnels? Vivre une double vie? Comment aurais-je le toupet de tromper ma femme et de jouer à cache-cache avec Dieu qui attend tant de moi? J’ai choisi de me sacrifier, je reste persuadé que c’était le bon choix, mais je souffre tellement. Alors si quelqu’un peut me dire si cette souffrance est justifiée ou si je suis dans l’erreur, je lui serais reconnaissant.

 

par-dessus-le-mur.jpg


. un chemin d'acceptation de soi - dans Homme marié gay (choisir)
commenter cet article

commentaires

campagnol 10/01/2014 14:47


Bonjour, c'est curieux ce parcours avec cet esprit de sacrifice, ce tourment, cette dépression, ce mal-être ressemble beaucoup au mien. Catho, pratiquant, vingt ans de mariage, deux fils...Et une
véritable colère intérieure contre "Dieu" (?) ou disons la très mauvaise image (idole...) d'un Dieu pervers, méchant et justicier...Il a fallu attendre mes 43 ans pour que j'accepte ma vie,mon
orientation sexuelle des garçons comme...un don de Dieu qui (je le crois) m'aime tel que jesuis, imparfait, blessé, cabossé mais vrai et reconnaissant désormais de la vie qu'Il m'a donné...Pour
un chrétien le "Père" est important mais nous avons des images tordues et inquiétantes de nos propres pères...Car Dieu est mère aussi, et je pense à tendresse, indulgence, douceur, pardon...Pour
avoir vécu pendant des années avec une vision "archaïque" (culturelle car liée à des textes écrits en une époque donnée, époque pas brillante pour la condition féminine), je me suis tourmenté,
opposant ma foi au Christ et mon homosexualité...Pour moi Il est plutôt celui qui m'a véritablement ouvert, par sa subversion des traditions archaïques et machistes, la réconcialiation avec le
Père, dans l'Esprit. Dieu nous veut debout et joyeux je pense, ce n'est pas "le sacrifice" qu'il demande mais la confiance, l'abandon, le don de soi...et 'si  votre coeur vous accuse, Dieu
est plus grand que votre coeur", c'est en Saint Jean...Il m'arrive parfois de penser que, loin d'être une malédiction, mon orientation sexuelle est une grâce : par elle j'ai avancé en humanité,
compassion, écoute, compréhension...Il suffit de lâcher cette mauvaise culpabilité qui nous concentre sur notre nombril et de rendre grâce pour tout ce qui a été vécu de beau et de bon dans nos
vies...compliquées.


Fraternellement, Campagnol

Serge 29/07/2013 02:04


Ton témoignage me touche. Je sens ton désespoire et ton errance... Je suis dans ton cas, comme bcp de personnes sur ce site...


Qui est Dieu ? Un barbu quelque part dans le ciel qui te regarde et qui te juge ? Ce "Dieu" qui juge, n'est qu'un concept isssu d'un mental malsain et dégénéré...


Le Dieu que tu cherches, est en toi et attends qu'une seule chose, c que tu sois tel qu'il en a décidé. Dans ta spécificité, tu es la fleur de son jardin, différentes et unique et sans toi, il
n'y aurait pas l'harmonie dans son jardin. Tu n'es et ne sera jamais jugé, mais pris dans la totalité de ton Etre.


Aussi, accepte pleinement ce que tu es.. et vis ce que tu as à vivre dans le respect et l'amour...


Je te souhaite le meilleur...


 


 

Moi 30/03/2013 18:45


Je rebondis sur ton propos Richard, j'en suis là aussi dans cette affirmation non pas d'un choix mais d'une évidence! L'impossibilité désormais de faire abstraction de cette partie de moi même
qui m'appartient entièrement. Cette homoséxualité latente je l'ai refoulé et enfoui longtemps, elle a ressurgit là pour devenir un aboutissement incontournable...

Richard 22/03/2013 12:04


Salut,


J'aimerais que tu me parles de Ton Dieu qui t'impose de telles souffrances intérieures. N'est-ce pas Lui que tu devrais consulter et écouter? Dois-tu vraiment sacrifier ta vie à Sa Volonté ?
Peut-on rendre heureux femme et enfants sans être heureux soi-même?


Tu n'es pas seul à vivre ces grands questionnements, à souffrir, à vivre dans une détresse difficle à exprimer et à vouloir s'en sortir. Je suis surpris de voir comment se comportent ceux qui ont
osé et il ne m'apparait pas catastrophique, non plus, de voir leur femme, leurs enfants, leur famille: eux-aussi s'en sortent et réussisent à grandir.


Le pire dans tout ca, c'est justement de s'accrocher à la peur, aux tourments intérieurs, au doute, aux idées fausses, aux préjugés, aux difficultés matérielles et financières...plutot que
d'affronter la réalité, de vivre pleinement ce que l'on ne peut changer, ce que l'on est vraiment. C'est là ou j'en suis aussi présentement!


Bon courage!