Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

 Je vais vous raconter mon histoire... J'ai alors 15 ans quand je prends conscience que j'aime  les garçons,  c'est une évidence. Nous sommes en 1988 et la seule façon pour moi d'assouvir mes fantasmes est de feuilleter les pages lingerie homme du catalogue LA REDOUTE. Aujourd'hui il suffit d'un ou deux clics sur la toile, et bien d'autres images s'offrent à vous...


A 19 ans, je tombe amoureux pour la première fois. Mathias, même âge que moi, et camarade de classe de terminale, et qui plus est voisin de table à chaque cours... Je l'aime en silence. Je savoure chaque instant passé en sa compagnie. Est-il gay? Impossible de lui poser cette question. Nous sommes en 1993, fin d'année, des choix d'orientation différents après le BAC, et plus de nouvelles, Mathias disparait de ma vie. Je souffre. Souffrance d'autant plus grande qu'après cette annnée scolaire, certains événements, certaines attitudes envers moi, m'avaient conduit à me rendre à l'évidence qu'il était probablement gay comme moi. Mais voilà, nous sommes en 1993 et internet est tout juste en train de faire son apparition... Donc pas de forum pour discuter, pas de skype, pas d'msn pour rester en contact avec Mathias, et pouvoir discuter,se voir à la cam, glisser des sous entendus... Je perds donc la trace de Mathias.

1993 c'est aussi l'année où je rencontre ma future femme, ma meilleur amie de l'époque....On rit beaucoup ensemble, on s'entend bien, jusqu'au jour où je lui glisse un baiser sur ses lèvres... et ma vie de pseudo hétéro prend naissance. Mon père, homophobe, est heureux pour moi, et je dois dire que l'opportunité de ne pas le décevoir m'arrange bien. A partir de cet instant, je ne cesserai de penser à Mathias.

22 juin 1996, jour de mon mariage. Ce soir là après le repas et la fête, j'annonce à ma femme que "j'ai aussi des attirances pour les garçon". Sa réaction fut de me dire que ce n'était qu'un passage, que je n'étais pas le premier à qui ça arrivait. Curieuse sensation, à la fois de bonheur car je venais de me marier et qu'aux yeux de tous j'étais "normal", et à la fois mal dans ma tête car je pensais encore à Mathias.

Les années passent, nous avons un enfant, une maison, une voiture...une vie bien tranquille en bon père de famille. Mais autour de moi, dans la rue, je regarde les hommes.

1998, après deux ans de mariage la famille s'agrandit, je regarde toujours les hommes. Toujours pas d'internet à la maison, alors pour combler le manque je compose des numéro de téléphone spécial gay, en cachette... Arrive alors la grosse facture téléphonique, que faire? que dire? quel prétexte trouver? Vais-je être démasqué? Non, l'orage passe, je dois faire attention le mois prochain à ne pas faire trop de communications.

 

Trouve ton champignon !


2000, la famille s'agrandit encore. 2000, c'est aussi ma première expérience sexuelle, après 4 ans de mariage. Oui j'ai tout de même attendu 27 ans pour découvrir la sexualité avec un homme. Expérience soft. Je regarde toujours les hommes dans les magazines et dans la rue, et je commence à être vraiment perturbé, mal dans ma peau, me demandant sans cesse ce que je fais de ma vie....

2002, mon couple va pourtant mal, je veux me séparer. J'en ai marre de cette vie de mensonge. Pourtant, malgré ce poids et cette souffrance que j'endure et que je fais subir à ma femme je reste, lâche que je suis... Les années passent, je multiplie les rencontres sans que ma femme soit au courant, comme ça jusqu'en 2010....

2010, la révélation. Je parts travailler en région parisienne. Je rencontre Nicolas, 22 ans. Je vis avec lui 6 mois une passion dévorante, je viens de découvrir l'amour. J'apprend à 37 ans ce que signifie le verbe AIMER. Nicolas veut vivre avec moi. Moi je veux divorcer, mais pas envie de gérer mon divorce à 200km. Juillet 2010, j'annonce à ma famille mon homosexualité. Mai 2011, je l'annonce à mes enfants. Je leurs dit que je les aime, et qu'ils ont été désirés. Je sais que dans quelques mois je retournerai dans le nord. Nicolas me presse de me séparer, mais face à mon hésitation il met fin à notre relation. Tout s'effondre; je pleure, je hurle de douleur jusqu'à me saigner le poings dans les murs de ma chambre d'hotel...

5 décembre 2011, je rencontre Manu, 24 ans, et je tombe amoureux. 26 décembre 2011, alors que je m'apprête à rejoindre Manu pour la soirée, ma fille de 14 ans me regarde et me dit : "bonne baise"... Je ne dis rien, je tourne les talons pour ne pas la gifler, je sors, je monte dans ma voiture. Je réfléchis... Et là je me dis que non, ça n'a que trop durer, je ne peux plus continuer à faire souffrir mon épouse, à faire souffrir mes enfants, et à souffir moi même. Je rentre, c'est décidé, je fais ma valise. Je parts revivre chez ma mère.

Cela fait maintenant 2 mois que Manu et moi sommes heureux ensemble, et mon épouse et moi avons entamé une démarche de séparation de corps par consentements mutuels.


Je suis enfin MOI. Je peux enfin vivre QUI je suis. Je suis libéré, mais je serai toujours présent pour mon épouse (car malgré la séparation nous restons donc mariés) . Elle restera la seule femme que j'ai aimé.

JE T'AIME MANU.

Laurent, 38 ans.

 

Laurent témoigne de la suite de son histoire dans cet article:

Torturé (les efforts que j'avais entrepris pour quitter ma femme, anéantis)

 

DSCN1223

commentaires