Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

 
Trop bien pour partir Pas assez pour rester



Cet ouvrage m'a beaucoup aidé. J'aime bien son titre. Très explicite n'est-ce pas? Si c'est votre situation en ce moment par rapport à votre couple, je vous le conseille vivement.  Il ne vous incitera pas à partir, il ne vous incitera pas à rester; il vous aidera à vous poser les bonnes questions.

UN DES POSTULATS PRINCIPAL DE L'OUVRAGE:

"C'est souvent l'image de la balance qui vient à l'esprit lorsqu'on essaie de décider: partir ou rester. Vous cherchez à savoir si vous devez partir ou rester en pesant le pour et le contre sur une sorte de balance géante et en regardant de quel côté elle penche. (...)
[Mais] en ce qui concerne les rapports humains, l'approche de la balance est un problème, pas une solution. Comment peser les choses que vous savez aujourd'hui sur votre couple face à un avenir dont vous ne savez rien? "

 

J'AI UN BESOIN PRIMORDIAL. JE NE PEUX PAS LE SATISFAIRE DANS LE CADRE DE MON MARIAGE. DOIS-JE DIVORCER?

 

Voici la réponse de l'auteur:

 

"J’entends parfois la chose suivante: “Nous ne nous disputons pas très souvent et la plupart de mes besoins sont satisfaits. S’il y a une difficulté, on arrive généralement à en parler et à trouver une solution. Le problème, c’est que j’ai un besoin primordial qui me tient très à coeur, et c’est justement ce besoin-là qui n’est pas assouvi. Et il n’y a rien à faire...” En général, le patient continue à se plaindre en disant que son partenaire soit refuse de satisfaire ce besoin, soit est incapable de le satisfaire.

Bien sûr, nous sommes des adultes et nous savons que l’on obtient pas toujours tout ce que l’on veut dans la vie. Bien sûr, on peut se plaindre parce qu’un besoin essentiel rester insatisfait, mais cela ne rend pas automatiquement la relation trop mauvaise pour rester. Alors où faut-il mettre la limite? Quand faut-il arrêter de se dire que l’on n’est qu’un bébé [qui fait un caprice] et s’autoriser à penser que cela vaut peut-être la peine de mettre fin à la relation pour assouvir ce besoin primordial?

Evidemment, je veux parler d’un besoin absolument essentiel pour vous dans la vie, un besoin si important que ne pas l’obtenir change complètement le sens de votre vie. Je ne parle pas d’un besoin inassouvi de plus, mais d’une vie inaccomplie. Voici une histoire qui devrait illustrer ce que j’essaie d’expliquer.

L’histoire de Bernard

La vie avec Lucie était un vrai bonheur pour Bernard. Il aimait leur maison, il aimait leurs enfants, leurs amis, leurs vacances. Il aimait même l’idée d’aller travailler tous les matins et de travailler très dur. Lucie aimait les mêmes choses. L’ennui, c’est que Bernard détestait son travail et détestait son image professionnelle. Ce dont il avait besoin, c’était de se sentir à la fois libre et puissant, maître de sa destinée. Il pensait pouvoir ressentir tout cela en montant sa propre entreprise.

Bernard était ingénieur commercial et agent exclusif. Il était chargé de vendre des instruments techniques en tous genres aux entreprises, grandes et petites. Ce travail nécessitait un certain niveau d’expérience technique car il fallait être capable de comprendre et de résoudre les problèmes liés aux produits.

Ce qui l’ennuyait, c’est que son travail consistait à pousser les ventes pour remplir les quotas, alors que ce qu’il aurait souhaité, c’était un vrai boulot d’ingénieur. Ce qui l’énervait encore plus, c’était d’être obligé de vendre des produits qui ne résolvaient qu’à moitié les problèmes de ses clients, alors qu’il se sentait capable de mettre au point des instruments nettement plus efficaces.

Vous imaginez facilement quel était le besoin primordial de Bernard. Il voulait en finir avec son job de  commercial, poursuivre une carrière d’inventeur indépendant et profiter des éventuels avantages financiers, psychologiques et autres. Il voulait lancer sa propre entreprise. Mais Lucie ne voulait pas qu’il satisfasse ce besoin. Elle était effrayée à l’idée qu’il puisse renoncer à son travail respectable et bien payé. L’inconnu lui faisait peur. Ce n’est pas qu’elle avait peur du risque, mais elle n’était pas aussi sûre que lui de sa capacité à devenir un inventeur génial. Alors elle fit acte d’autorité et le menaça de quitter la maison s’il démissionnait de son travail.

Pendant 7 ans, Bernard renonça à son rêve. Il pensait qu’il finirait peut-être par oublier. Il pensait que Lucie avait peut-être raison et qu’il finirait par s’apercevoir que son rêve n’était pas réaliste.

Puis un jour, à l’occasion d’une réunion de famille, Bernard fit quelques pas en compagnie de sa soeur. Il lui parla de son rêve, de l’opposition de Lucie, et commença à se reprocher d’être irréaliste et immature. Mais sa soeur, qui avait toujours apprécié Lucie, le fit parler. Et c’est en parlant avec elle que Bernard se rendit compte qu’un jour il serait vieux, et que toute sa vie n’aura été qu’une hésitation entre poursuivre un rêve ou l’abandonner. Quand il pensait à l’abandon de son rêve, il avait l’impression d’abandonner sa vie. C’est alors que se repose le choix difficile entre assouvir son besoin et rester dans la relation.

Bernard démissionna de son travail. Lucie quant à elle tint parole et le quitta. Est-ce que Bernard fit le bon choix? Beaucoup des prévisions de Lucie se vérifièrent. Sa nouvelle vie était une vraie lutte. La gloire et la fortune ne l’attendait pas au tournant!

Au bout de 10 ans, Bernard n’avait pas vraiment fait fortune et s’était même un peu endetté. Quelques-unes de ses inventions eurent du succès, mais cela ne fit pas de lui un homme riche. Bernard fut un peu déçu de la tournure de son rêve. Mais, et c’est crucial, il ne regretta jamais de s’être lancé dans l’aventure. Il était même fier de lui. Et puis, il aimait son travail.

Il n’avait pas voulu que sa relation avec Lucie se termine. Il aurait bien aimé s’engager dans sa nouvelle vie tout en restant avec sa femme. Mais forcé de faire un choix entre les deux, Bernard choisit de satisfaire un besoin primordial, et ne le regretta jamais.

 

Le besoin dans la boîte

La pire des situations est de rester indécis par rapport à la relation lorsqu’il serait facile d’éclaircir les choses. Essayer d’imaginer combien vous vous sentiriez mieux si vous pouviez mettre votre besoin de côté dans une boîte et vous dire: “C’est dommage que ce besoin ne soit pas satisfait mais je peux l’oublier et arrêter de penser que cette relation est trop mauvaise pour rester.” Ou d’imaginer combien vous vous sentiriez mieux si vous pouviez dire: “Mon partenaire et moi-même devons essayer de négocier et je continuerai à essayer d’assouvir mon besoin, mais même si je n’arrive pas à le satisfaire, je ne me dirai quand même pas que cette relation est trop mauvaise pour rester.” Il faut aussi envisager que vous ne puissiez pas dire tout cela. Si vous avez un besoin tellement important que si vous arriviez à la fin de votre vie sans l’avoir assouvi, vous tiendriez votre vie pour insatisfaisante, et que vous vous dites que vous ne parviendrez jamais à trouver une solution, alors vous serez heureux si vous partez, et malheureux si vous restez dans la relation.

En d’autres termes: foncez ou taisez-vous! Pensez à ce dont vous avez besoin pour être heureux dans la vie. Pensez à ce que vous faites pour satisfaire vos besoins. Si de ces besoins essentiels dépend votre bonheur, alors il faut soit trouver un moyen de les assouvir au sein de la relation - et cela veut dire apprendre à négocier - soit vous séparer de votre partenaire, sous peine de vous retrouver, des années plus tard, avec quelqu’un que vous détestez."

 

Pour poursuivre, je vous propose Une chanson de Liane Foly


papa, je me demandais... Tu es heureux?



"Le sujet que nous aborderons dans les lignes qui suivent pourra sembler difficile pour certains, pour d’autres essentiel à leur survie.  L’homosexualité, le couple et l’impact auprès de la famille.

Malgré une ouverture nouvelle de certaines sociétés en lien avec l’homosexualité, il n'en demeure pas moins lourd, pour certaines familles d’assumer la différence d’un des leurs.

Il n’appartient pas seulement à l’individu homosexuel de vivre des tensions énormes face a cette situation sociale pourtant bien naturelle. Cependant lorsqu’un des membres de la famille choisit de s’assumer et de dénoncer cette situation, il y a quasi, à tout coup un impact auprès des autres membres, un peu comme une roche lancée à l’eau, d’où jaillit des cercles. La souffrance du non-dit, s’installe sous-jacente à la peur de perdre. Lorsque le père ou la mère, après plusieurs hésitations, prend la décision de vivre avec sa différence, ceci lui  permet souvent de survivre à ses idéations suicidaires, cela demande tout un courage et beaucoup d’amour pour les leurs.

J’ai accompagné, au cours de ma vie,  plusieurs pères gais ainsi que quelques conjointes torturées par cette décision. Souvent la première réaction en est une de fuite et de déni de la situation, voir même de la banalisation.

toucher à l'authenticitéIl est rarement épanouissant, sinon jamais; de vivre dans le non-dit et l’impact d’un modèle de mensonge ou de camouflage est plus souvent  nuisible aux enfants qui eux, dans leur grandeur d’âme rêvent de la famille aimante. Mon expérience, me fait dire que le plus beau modèle est celui de la vérité et de l’authenticité. Comment, un enfant pourra trouver son identité à lui, s’il a le modèle d’un parent qui lui refuse d’assumer la sienne. Je suis convaincu que seule la vérité rend libre, mais sa vérité à soi. Dans une conférence que j’ai donnée dans une église de Dorion, un homme m’aborda en privé et m’expliqua qu’il voulait mourir à cause  dans son incapacité d’accepter l’homosexualité de son fils. La vie est ainsi faite, que l’être humain somatise sa souffrance intérieure, donc le non-dit risque d’avoir des répercussions malsaines sur plusieurs membres de la famille. L’ouverture à la vie, le sens profond de l’amour de soi et des siens passent nécessairement par l’acceptation profonde de sa différence. Ici nous parlons d’acceptation de sa différence d’identité sexuelle, cependant il y a bien d’autres formes d’identité refoulée pour faire plaisir à l’extérieur de nous même, le fameux regard de l’autre sur soi. (...) Je demeure profondément admiratif, lorsqu’après quelques rencontres en thérapie individuelle, j’observe des sourires faire place à la peur de perdre. Chacun de nous, avons à traverser ce voyage et  chacun le fait à sa façon et à son rythme. (...)

Il y a autant de routes à suivre qu’il y a d’individus, et il appartient à chacun de choisir d’être accompagné ou pas. En tant que thérapeute en relation d’aide j’ai ce privilège d’accompagner des individus à la recherche de leur identité propre. Sortir du personnage pour toucher à l’authenticité et retrouver le pouvoir sur sa vie."

Marcel Foucault, thérapeute en relation d'aide
Je tiens à le remercier pour ce texte qui fait du bien et pour m'autoriser à en publier un extrait.

 

"Je ne suis pas sans penser que celles et ceux qui vivent leur homosexualité dans l'interdit ne sont pas sans la vivre, également, librement.

Il y a la liberté de la honte et la liberté d'un silence souvent commandé, décidé pour des raisons finalement respectables. J'ai rencontré plus de fiel chez les militants que dans l'armée du silence: ils sont légions à n'avoir pas su (ou pu) s'avouer l'inavouable.

Et pourtant dans le secret de certaines rencontres, ils furent de bien plus heureux amants.

Il y a autant d'hypocrisie chez ceux qui s'affichent ou annoncent la couleur que chez ceux qui se taisent et vivent néanmoins une certaine liberté."

Yves Navarre cité par Palamede sur le blog unpiedauplacard (sur lequel je vous recommande d'aller faire un tour).

C’est quoi, la liberté? (citation du Larousse)

Liberté: Etat d’une personne qui n’est pas soumise à la servitude (contrainte, assujettissement, obligation). / Etat d’une personne qui n’est liée à aucun engagement professionnel, conjugal, etc.../ Attitude de qq’un qui n’est pas dominé par la peur, la gêne, les préjugés... / Etat de l’homme qui se gouverne selon sa raison, en l’absence de tout déterminisme.

La citation de Yves Navarre, si elle paraît belle et poétique à 1ère lecture me paraît contradictoire. "la liberté d'un silence souvent commandé, décidé pour des raisons finalement respectables."

Le silence (sur sa propre homosexualité) est soit commandé (ordonné, contrôlé, imposé), soit décidé par la personne, ce n’est pas la même chose.

Le silence (sur sa propre homosexualité) peut être décidé par la personne, en toute connaissance de cause, "je suis gay, mais je préfère me marier" comme Alfonso dans cet extrait de "Ne le dis à personne" de J Bayly Mais (et je suis "payé pour le savoir"), le silence, c’est bien plus souvent une autre réalité, comme le dit Yves Navarre:

"Ils sont légions à n’avoir pas su (ou pu) s’avouer l’inavouable." C’est très différent. On est loin de l’Attitude de qq’un qui n’est pas dominé par la peur, la gêne, les préjugés. Je ne pense pas que l’on puisse parler de liberté à propos de ceux sur lesquels c’est exercée une contrainte sociale aussi forte, par le biais de la honte en particulier (voir sur ce sujet l'article de Sébastien Chauvin sur ce blog). Les mots ont un sens, et celui de Liberté, encore plus que tout autre...

On peut saluer les hommes mariés mais gay pour leur sens de la famille, de l’engagement, leur sens moral, ils ne sont pas forcément malheureux et sont souvent "dans le secret de certaines rencontres de bien plus heureux amants". Mais je ne pense pas, honnêtement, que l’on puisse magnifier leur "liberté".