#cl_1_0 {width:1%;} #cl_1_1 {width:79%;} #cl_1_2 {width:20%;}
cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
ce que vous trouverez ici
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Dessins érotiques gays

 

Prend moi!

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

deux hommes s'embrassent sur la plage
les garçons de la plage (je cède à mes pulsions homosexuelles)
amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
un parcours d'acceptation
Comment j'ai géré mes désirs homosexuels (différemment au cours du temps)

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

Mon parcours

J'avais la vingtaine, je venais de me marier, et, voulant donner mon sang, je réponds aux questions de l'infirmière:

"_ Avez vous eu des rapports homosexuels?"

Et là je réponds, sûr de moi: "_ Je suis marié."

Et elle "_ Ca ne veut rien dire."

Ca m'a tellement déstabilisé! C'était tellement important pour moi à l'époque que "être marié" veuille dire "être à l'abri de ce genre de suspicion." Bon, j'ai répondu "Non" ce qui était vrai et j'ai avalé une énorme boule dans ma gorge. Je l'ai déposée, quelque temps plus tard, au creux de l'épaule de mon premier amant. Et je n'ai plus pu donner mon sang.

 

 

de la même veine , vous pouvez lire:
stand-copie-1 vampire
souvenirs (je savais)le baiser du vampire

 

prideLe train pour Paris, l'excitation de l'inconnu, le sourire de Catherine qui m'attend sur place puis les chars, les couleurs, la bonne humeur. Moi qui adore la musique, qui adore danser, j'étais heureux. Mais surtout, à un moment de la manif, on était en surplomb, je me suis retourné et j'ai vu toute la foule autour de nous, cette masse humaine énorme, ces gars jeunes, vieux, timides ou exubérants, mais . Moi j'avais caché mon homosexualité, mes désirs, ce que j'étais toute ma vie, et j'avais eu tant de fois l'impression d'être seul au monde. Et là, je me suis dit, je ne suis plus seul. J'ai regardé les spectateurs, j'ai pensé "je suis là, devant vous, je suis pd." Les hauts-parleurs hurlaient "I have all my life to live, I have all my love to give..." et comme la foule m'y invitait, j'ai levé les mains en chantant... la lala lala lalalalalala lala lala...

 

stand gay

 

 

Souvenirs  (Rentrée des associations)

 

''Je peux même vous dire où vous étiez. Vous étiez au Campo Santo, à l’endroit où il y a aujourd’hui le stand d’une chorale de Gospel. Je revois des hommes. Je me rappelle aussi de ce que je me suis dit: ”_Des personnes comme moi, des homosexuels.” Je pouvais me confier: être enfin compris et ne plus être seul avec mes désirs. Il y avait quelques pas à faire et une main à tendre, et le plus dur: accepter, en faisant cette démarche, mon homosexualité.  Qu’est-ce que ce mot me faisait mal. C’était sale, c’était le vice. Le vice dont j’étais atteint et sur lequel était écrit en gras: NE LE DIS A PERSONNE. Est-ce que je pensais que tant que je ne le disais pas cela n’existait pas, d’un sens? Est-ce que j’ai eu peur qu’on me voit devant ce stand honteux? Je crois que ce qui me faisait le plus peur c’était de me retrouver face à cette réalité, cette réalité indicible mais têtue: j’étais homosexuel. Je suis homosexuel. J’avais 20 ans et j’ai fait demi-tour sans saluer ''les hommes sur le stand de l'association Gay''. Deux ans plus tard je me mariais. Ca fait 20 ans.

Aujourd’hui, je suis à nouveau passé à côté du stand de l'association Gay; beaucoup plus visible qu’il y a 20 ans avec moult drapeaux et panneaux colorés. Je me suis arrêté pour saluer Denis. Je lui ai parlé de mes soucis et il m’a encouragé d’un geste chaleureux. Le stand n’est plus aux Camp Santo mais rue Royale, pas loin d'une association de pères divorcés. J’ai pris leurs coordonnées...

Aujourd’hui, je me dis en général que si je me suis marié, c’est que je n’avais pas conscience, à 20 ans, d’être homo. Et puis, certains événements me rappellent que si, je savais. Je le savais parfaitement.''

 

aux associations gays: merci d'exister

 

Articles liés
  barque  prison-banniere.jpg  scene-film-l-arbre-et-la-foret
Entre le temps passé et le temps qu'il me reste... (réflexions d'un homo tardif)  15 ans ferme! (comment je me suis construit une prison tout seul)L'arbre et la forêt (Ducastel/Martineau)

 

Je reviens sur cette question:

“Comment j'ai pu me cacher la vérité (mon homosexualité) à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.”

Pour moi, beaucoup de choses se sont jouées à l’adolescence, au collège. C’est à cette époque-là, entre 11 et 15 ans, que j’ai commencé à ressentir du désir pour les garçons. Je me contenais au maximum pendant la vie sociale au collège, en famille, m’interdisant de regarder le corps des autres dans les vestiaires, essayant d’éviter les mecs qui m’attiraient. Ce n’est que pendant la masturbation que mes désirs pouvaient s’exprimer pleinement. Tom of FinlandDevant les pages slips pour homme du catalogue de La Redoute, devant tel dessin de Tom of Finland récupéré de je ne sais plus où. Mais il y avait pour moi une barrière absolue entre ce que je m’autorisais dans ces moments-là, et ma vie sociale, les projets que je faisais pour l’avenir. D’ailleurs, qu’est-ce que je me disais à moi-même? Je ne me disais pas “je suis homo”. Les homos, c’en était d’autres: des prostitués, des folles, des marginaux. Moi, j’étais normal. J’avais des désirs homos, ça je le savais. Je savais qu’il fallait pas que je le dise. Comme un leitmotiv: “ne le dis à personne”. Et personne, c’était vraiment personne; c'était trop grave.

Les années collège, ça a vraiment été horrible. Horrible, mais efficace. J’ai réussi à repousser très loin dans ma tête ces désirs homo, à faire un mur complet entre mes désirs, mes envies et mon image sociale. Et donc ça a été beaucoup mieux au lycée. Le corps des autres me gênait moins, mon rôle d’hétéro étant bien au point, même en sport. Et oui, on finit par croire soi-même à ses mensonges! J’ai juste été quelquefois gêné, quand dans la discussion avec les copains, la question de l’homosexualité était abordée. Je m’arrangeais alors pour une soudaine envie d’aller aux toilettes; j’avais peur de rougir... C’est fou comme on s’habitue à avoir honte... Mais je vivais mieux, ça c’est clair.

 

 

Alors mon personnage étant bien au point, les années ont passé tranquillement, je me suis marié, j’ai eu des enfants... Enfin, presque bien au point, car le mur se fissurait lentement, sans que j'en prenne forcément conscience...


Je finis en conseillant deux bouquins sur ce thème-là, des années difficiles quand on est ado avec des désirs homo:
un roman: Point de côté d’Anne Percin
un essai pour comprendre: Mort ou fif de Michel Dorais