cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Erotique gay

Quand ça sent fort le mâle! - Nouvelles érotiques gays bien sales

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
Homme marié, comment j'ai géré mes désirs homosexuels
Guérir de l'homosexualité

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

Mariés mais gays

Dès tout petit, nous sommes rangés dans un tiroir dont les parois se resserrent de plus en plus: prend tes colts et tu seras un bon gars. Traine pas avec ce garçon, il est un peu trop collant! As-tu une copine? Le mariage et 4 enfants, une maison, 2 voitures, un bon job: bravo, tu es le fils idéal, le mari rêvé. Oui mais moi, as-t'on écouté ni même demandé mon avis ?


Est-ce une question de lâcheté? Je me le suis souvent demandé. Quel sentiment a été le plus fort : la lâcheté de ne pas se dévoiler, de ne pas affronter le regard inquisiteur de gens biens sous tous rapports mais à la vie si insipide. Le courage d'assumer sa vie de couple, une femme et des enfants que j'adore. Le courage de l'abstention. Oui mais...


Je viens de franchir un cap. J'ai fait passer mes sentiments avant ma mission civile. J'ai un copain. J'aime l'écouter, partager des choses avec lui. Il est gay et alors! J'ai partagé un acte intime avec lui et j'ai aimé ça. Depuis, beaucoup de choses se sont débloquées chez moi. J'en ai parlé à ma femme et mon meilleur pote. Je voulais partager ce moment important de ma vie avec les personnes qui comptent pour moi. Ma femme le vit difficilement mais apprécie les changements que cela opère sur moi. Cela m'a complètement libéré coté sexe. Elle sent que je reprends plaisir à avoir des rapports avec elle et elle aussi. Toutes les autres barrières qu'il y avait entre nous sont également tombées. Désormais on se parle sérieusement tous les jours. Quant à mon pote, il m'a écouté et compris. Il s'est même laissé aller à des confidences. Aujourd'hui, je ne sais ce que je suis. Hétéro, bi, gay? Je pense qu'on a le droit et le devoir d'aimer les personnes avec qui on se sent bien. Qu'elle soit une femme, qu'il soit un homme, ils ont tous les deux une place dans mon coeur comme il peut y en avoir une pour chacun de mes enfants. J'ai besoin de les tenir tout contre moi, de les assister quand ils ont des problèmes, de les réconforter quand ils sont tristes, de rire et partager mes passions avec eux. Alors, merde à tous ceux qui veulent qu'on regagne les rangs. Ils ne s'en sentiront pas mieux.


Hétéro, Bi, Gay, pas de différence mais beaucoup d'amour qu'on nous a appris à ranger dans un tiroir.


Mickaël

 

Gay dans le tiroir

 

 

L'auteur a publié la suite de son témoignage ici.

mur

 

Bonjour, je m’appelle Avi, j’ai 32 ans et vis à Jérusalem. Après de longues années d’enfance et d’adolescence torturées par l’idée d’une défaillance divine lors de mon arrivée sur cette terre, j’ai décidé de prendre ma vie en main et d’affronter ce Dieu qui ne se manifestait pas assez pour moi. Après un parcours universitaire couronné de succès, j’ai décidé de tout plaquer, de fuir ce monde parisien néfaste et illusoire pour chercher un peu de vérité ailleurs. Direction Jérusalem: violence de la révélation, douleur et regret face aux errances passées, et surtout un choix cornélien à faire: suivre les voies de Dieu et mettre un terme à cette foutue homosexualité (active), ce qui implique une vie faite de mariage, d’enfants et des bonheurs qui y sont liés, ou vivre en contradiction permanente avec ce Dieu qui s’est révélé dans toute sans force et sa violence pour me faire comprendre qu’il existait bien et que je devrais désormais faire avec. J’ai fait mon choix, je me sacrifierai.

mur2.jpg
Et voilà que j’émerge aujourd’hui, fier de mon mariage, de mes beaux enfants, mais terriblement étouffé par cette vie dont je ne peux me plaindre puisque je l’ai choisie. Mais alors pourquoi cette souffrance latente, cette état dépressif qui n’ose pas dire son nom, pourquoi cet amour que m’apportent mes enfants et ma femme ne sont que des gouttes d’eau dans une terre aride, immédiatement englouti dans cette soif d’autre chose, mais quoi? Une autre vie, avec un homme? Comment aurais-je le culot de briser la vie de mon épouse et de mes enfants, juste pour mes petits besoins personnels? Vivre une double vie? Comment aurais-je le toupet de tromper ma femme et de jouer à cache-cache avec Dieu qui attend tant de moi? J’ai choisi de me sacrifier, je reste persuadé que c’était le bon choix, mais je souffre tellement. Alors si quelqu’un peut me dire si cette souffrance est justifiée ou si je suis dans l’erreur, je lui serais reconnaissant.

 

par-dessus-le-mur.jpg

 

 


 

Très touché par vos différents témoignages, je souhaitais réagir et y ajouter mon récit de vie. D'une part parce que découvrir vos vies plus ou moins similaire à la mienne c'est un peu rassurant, d'autre part, car je ressens aujourd'hui le besoin d'exprimer publiquement (...ou presque!) ce que je vis.
 
Voilà, je crois que j'y arrive... J'ai très peur mais j'y arrive! Cette fois, je vais y arriver... J'ai depuis quelque temps déjà changé d'état d'esprit, la question n'est plus partir ou rester, mais quand m'affirmer devant cet évidence, bi ou gay! Je me sens aujourd'hui plus gay qu'hétéro ou bi, aussi difficile à dire ou à écrire que se puisse être, c'est mon orgueil et ma virilité d'homme marié qui en prend un coup, tant pis. Il faut savoir un jour se retrouver, "Il est sans comparaison plus facile de faire ce qu'on est, que d'imiter ce qu'on est pas" (citation attribuée à Louis XIV, note du recopieur).
 
Marié et en couple depuis une dizaine d'année, des petits loups trop craquants que j'aime à en perdre la tête, et une femme exeptionnelle, que j'admire et que j'apprécie énormément. Cette femme, ma chérie, la seule de ma vie, je l'ai aimée comme un fou, je l'aime toujours mais différemment, elle m'a offert des moments extraodinaires mais je ne peux plus lui mentir. Je n'arrive plus à la regarder en face sans me sentir mal, tellement mal... Je sais qu'en prononcant ces derniers mots, je vais la décevoir, la peiner, mais ces mots et ce moment tragique sont indispensables pour qu'elle puisse rapidement, je lui souhaite se redresser et revivre autrement qu'à travers moi, ce mari que je ne suis plus. Ceci dit durant toute ses années je n'ai pas l'impression de lui avoir menti ou de l'avoir trahi, juste pas su dire et voir les choses, je n'ai pas changé, j'évolue... Bien malgré moi, il me serait infiniment plus simple de rester comme cela, avec cette vie que j'affectionne tant, mais elle ne me ressemble plus totalement. Sans le savoir je me suis menti et sans le vouloir je me suis trahi.
 
Je ne suis pas un mari exemplaire, distant et pas toujours d'excellente humeur, d'une patience des plus limitées, signe d'un profond mal être. Je suis aussi un papa exigeant, pas toujours présent là non plus, un travail passionnant qui me prends beaucoup de temps et dans lequel je me réfugie, un peu mal à l'aise vis-à-vis de ces deux amours qui ne demandent qu'à aimer entièrement. Mes enfants comprendront, avec le temps et réaliseront que je ne me sauve pas, que je ne les abandonnent pas et surtout que je les aime profondément mais que j'ai besoin de me retrouver complètement. Au fond de moi, depuis toujours je pose un regard différent à celui des mes amis sur le corps de l'homme, une attention particulière sans pourvoir y mettre de sentiment, juste de la curiosité, une envie, un désir... J'ai eu le plaisir de découvrir quelques hommes, juste pour le côté charnel de la relation, l'amour et la complicité étant jusque là pour moi inconcevables.
 
Tout a changé ce jour où j'ai rencontré sur un site peu prometteur ce garçon extraordinaire... De 5 ans mon aîné, gay et célibataire, résident à 50km de chez moi, nous sommes restés quelques mois à discuter sans pour autant se rencontrer, ce fut chose faite il y aura 1 an dans quelques jours. Et je suis tombé sous le charme de ce jeune homme sans prétention, simplement charmant, attentionné, gentil, et passionnant! Le temps nous a permis de nous rapprocher même si nos entrevues sont bien trop rares. Par délicatesse et surtout pour protéger ma famille il a toujours insisté pour que je prenne du recul et fasse attention à ne pas trop m'accrocher, de garder mes sentiments, impossible... Il est malheureusement habitué des relations éphémères qui n'aboutissent à rien, et esssaie de se protéger, par conséquent dévoile peu ses sentiments, il me répète sans cesse que la vie gay n'est pas gaie... Jamais il ne me demandera de le suivre et jamais il ne m'a promis d'être là le jour où je lui demanderai, c'est déroutant mais tellement plus sage ainsi...Ce grand jour approche, c'est une évidence, j'en ai très peur, lui aussi, j'aimerais énormément qu'il soit à mes côtés pour m'accompagner à ce moment délicat de ma vie. Il le sera, mais sera-t-il là après pour partager un quotidien, durant les mois et les années futures? Je ne peux pas lui demander, pas maintenant, il connait mon désir, mes attentes, je ne veux pas de réponse, par peur d'être déçu peut-être ou de ne pas avoir cette force. Affronter cette nouvelle réalité tout seul fait peur, mais je ne peux l'imposer à quelqu'un et encore moins le faire pour quelqu'un... C'est avant tout pour moi, même si les deux sont aujourd'hui intimement liés, c'est là-aussi une évidence.
 
J'ai révélé cette attirance pour l'homme à ma chérie dans l'été, elle me sentait perdu depuis des mois, elle ne savait rien, ne se doutais de rien. Ce soir-là fut une révélation je n'ai pas réussi à tout lui dire... presque rien en fait. Simplement et ce n'est pas évident que suite à une perte douloureuse qui m'a complètement déstabilisé, je me sentais paumé, et que j'étais attiré par les hommes tout en l'aimant, j'avais également rencontré un ami qui était devenu par la force des choses bien plus! ... Surprise et stupéfaite, elle a beaucoup pleuré, moi aussi, enlassé l'un à l'autre à la recherche du réconfort de l'autre. Son inquiétude sur le moment fut que je la quitte, la question n'était pour moi pas ici. Elle est venue par la suite. Depuis elle est dans le doute, j'ai essayé de me reprendre un peu, mais la situation n'est pas éternelle, je suis au bout de ce long cheminement. Elle se pose des questions et me pose des questions, je chemine doucement, cherchant ce moment juste s'il existe et surtout les mots qui la blesseront le moins.

Je me suis attardé en parallèle sur le site femmes d'homo, car je ne sais pas aujourd'hui ou me situer. Fais-je plus de mal à mon épouse en restant malgré lui avoir avoué mon attirance masculine ou lui en ferais-je moins en partant tout en sachant que je l'aime mais pour vivre la Vie qui me ressemble, celle qui je pense est la mienne...Faut-il souffrir pour aimer, ou aimer pour souffrir? Concrètement on sait ce qu'on perd...!


"La quiétude, c'est le bien de ceux qui ont à jamais choisi une part de leur destin et rejeté l'autre..." écrivait Colette... Joie, bonheur et tranquilité à ceux qui ont cette force et cette audace, je n'en ai pas encore le courage, peut être que... Il faut prendre le temps, je ne crois pas que celui du choix soit venu, même si je pense qu'il deviendra une évidence.

Je tiens pour finir à remercier Olivier pour
ce poème superbe que j'ai pris plaisir à lire et relire, cette écriture tellement vraie dans laquelle je me suis refleté m'a poussé à déposer ici ma contribution.


"Je suis seul le regard dans le vide, sans envie, sans besoin, juste là comme ça, je me sens bien..."

Merci à vous... et bonne suite! Vivez tout!!!

Moi...