#cl_1_0 {width:1%;} #cl_1_1 {width:79%;} #cl_1_2 {width:20%;}
cheminement
témoignages
cogitations
bonus
un forum pour échanger
ce que vous trouverez ici
marié et homo: mon parcours

des textes qui m'ont aidé

des poèmes

s'accepter homo

Marié mais gay: choisir?

Père divorcé gay: être enfin soi!

Amant d'un homme marié



Marié et homo, je fais quoi de ma vie? Mes réflexions, mes choix...

être gay

être bisexuel

coming-out



films

romans

billets selon l'humeur



forum ex hétéros


Un chemin d'acceptation de soi

 

bonheur de sortir du placard

Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais. J'ai rassemblé ici témoignages, références, réflexions, poèmes... Si ça peut être utile...

 

Je vous propose de commencer par lire quelques mots sur mon parcours

 

 

 

 

 

Puissiez-vous ensuite trouver dans les témoignages reçus des lecteurs des réponses et de l'inspiration sur votre cheminTémoignages: choisir sa vie

 

Si le sujet de l'acceptation de sa propre homosexualité vous intéresse, voici deux textes qui m'ont aidé:

 

s'accepter homosexuel
S'accepter homosexuel (Marina Castañeda)
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée.
La honte d'être homosexuel, l'homophobie intériorisée (Sébastien Chauvin)

 

Si vous aimez la poésie, c'est icimes rêves, mes désirs, mes envies de partir.

 

Le reste du blog, je vous laisse le découvrir par vous même... Le site est présenté de façon particulière, les touts derniers articles sont là

Si vous souhaitez pouvoir accéder à ce site même en cas de changements dans l'hébergement, merci d'enregistrer cette adresse: poemesgays.over-blog.org

Bonne lecture ...

Cyrille

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com ou formulaire de contact

Aller à l'accueil du blog

Plan du blog

 

Abonnez-vous

pour être averti des nouveaux articles publiés.
 

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

_____________________

SOS Amitié - Un mal des mots- 0238622222

_____________________

Liens sur le thème

"ex hétéro"

 

_____________________

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

_____________________

Dessins érotiques gays

 

Prend moi!

 

_____________________

Rechercher un mot sur le site ...

Articles les plus lus

 

deux hommes s'embrassent sur la plage
les garçons de la plage (je cède à mes pulsions homosexuelles)
amants gays à l'hôtel
Je suis gay et je vis une histoire d'amour avec un homme marié
un parcours d'acceptation
Comment j'ai géré mes désirs homosexuels (différemment au cours du temps)

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Bonjour,
Tres interessant ton texte. Il me rappelle tant mon histoire. J’espère que depuis tu as trouvé une solution. Pour ma part, j’ai fait pas mal d’études, passe des concours, construit une famille avec une femme formidable mais que je ne desire pas. Mes deux grands enfants sont admirables et bien partis dans la vie. Maintenant, il me manque une relation avec un homme, c’est certain. J’ai besoin de ça. Le fait meme d’en parler me retourne, me chauffe tout le corps.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Papa gay mais transparent enfin...Bonjour Franck. J’ai 50 ans et vit a Rennes. Ta femme a les memes qualités que la mienne. C’est incroyable. Elle a énormément fait pour moi, m’a soutenu dans les moments difficiles. De mon cote, je lui ai beaucoup apporte matériellement mais aussi de l’amour puisque nous avons eux grands enfants maintenant cases. Il y a toutefois ce tabou de l’homosexualite, dont on ne parle pas mais dont elle se doute. Moi, j’ai fait le choix de me barricader moralement et de n’en faire état a personne.
 
Vincent le 19 juin 2020 sur Est-ce que je suis gay? Comment savoir? Un test?Je suis gay. Qu’est ce que cela signifie?
AUjourd’hui après 25 ans de marriage, cela ne fait pas l’ombres d’un doute. J’ai refoule ca toute ma vie, et aussi parce que j’ai eu beaucoup de joie avec ma famille, de tendresse avec ma femme Qui est d’une patience infinie. Cela dit, les choses sont tres claires : lorsque je vois un garçon qui me plait, je suis retourne. J’ai envie de m’approcher de lui, de sentir son odeur, de toucher ses cheveux, de lui dire a l’oreille: j’ai envier de toi.
J’ai eu une premiere relation homo vers 14 ans avec un camarade de classe, Alexis. Ses grands yeux bleus étaient profonds et mystérieux, son visage était doux et suave, sa voix était déjà grave et rauque, son âme était pleine de bonté et d’insouciance.
 
Vincent le 17 juin 2020 sur Bonjour, je m’appelle Noël, 42 ans, marié, papa de 2 enfants et homosexuel, voilà le début de mon histoireBonsoir Noel, nathanael, cher tous,
Je viens de m’inscrire sur ce blog, que je cherchais. Il convient parfaitement a ma situation et je suis si heureux de vous lire tous. Ton histoire me touche Noel car je sens la souffrance t’envahir, celle qui m’étaient déjà depuis tant d’années. C’est insupportable. Je suis marie a une femme que j’aime et j’ai 2 filles fantastiques, autonomes, intelligentes avec une bonne situation. Tou va bien, mon travail est prenant mais si interessant. Mais voila, a 50 ans, 25 ans de marriage, je n’ai presque plus de relations avec ma femme, et lorsque cela arrive, je pense a autre chose, a quelques chose de plus masculin que j‘enlace dans mes rêves. J’ai eu des relations homo passagères, pour assouvir mes désir que j’ai toujours cherche a enfouir. Malheureusement, a present, ce désir d’homme monte en moi comme la lave d’un volcan et je ne peux plus la contenir. A ce moment précis ou je vous écris, je suis Seul, en déplacement, dans ma chambre a rêver d’un ami qui m’écoute, me comprend, réchauffe mon coeur qui bat fort
 

Films qui parlent d'homosexualité

Luna Park court métrage gay
Luna Park court métrage gay

J'ai reçu un message de Thibault-Alexandre Bonaparte, jeune réalisateur qui me demande de relayer sa campagne de crowdfunding pour financer son court-métrage Luna Park. Il s'agit d'un court métrage contre l'homophobie. Le film porte sur les difficultés du coming-out.

Si ça vous dit:

https://www.kickstarter.com/projects/1170205087/luna-park-a-short-film-against-homophobia

Cliquer ci-dessous pour voir la bande annonce

 

Beauty Oliver HermanusOliver Hermanus dépeint dans Beauty un homo refoulé, marié, homophobe, raciste et criminel, bref, détestable. Pour citer la critique de Télérama: « Avec des personnages tous plus odieux les uns que les autres et des décors d'une froideur artificielle, le cinéaste charge tellement la barque qu'on finit par se demander pourquoi il s'est infligé - et à nous, au passage - une telle torture.»

Un regard plus empathique sur ce qui amène des hommes à renier leurs propres désirs aurait certainement permis un film plus constructif, plus chaleureux, plus humain…

Je vous livre également un extrait d’une critique du film par le sieur De Luxe trouvée sur le forum et-alors.net:


« Je l'ai vu et je l'ai trouvé très très très très lent, mais lent de chez lent, d'une lenteur au delà de la lenteur, proche de l'immobilité absolue. Du coup quand il se passe quelque chose, ça tape, effectivement.

Ensuite, c'est une histoire très intéressante, c'est de belles images, ça vaut le coup d'être vu, mais il faut avoir conscience du fait que pendant la première partie, on va vraiment devoir lutter contre le sommeil, on va atteindre un degré d'ennui vraiment exceptionnel, et que c'est une expérience intéressante par son caractère extrême.

Bon, évidemment, j'exagère un peu, mais le réalisateur a fait un usage vraiment excessif des longs plans fixes sur des éléments du paysage ou sur des visages immobiles, ce qui donne cette impression de lenteur ; en fait, c'est un procédé qui se justifie à mon sens dans la deuxième partie, mais au début du film on ne comprend pas vraiment l'intérêt et on s'ennuie.

Donc allez le voir en sachant que c'est expérimental, en prenant du café avant la séance et des chewing-gums au guarana pendant, ne soyez pas découragés par la lenteur du début car ensuite ça pète.

Pour ce qui est de l'histoire, c'est un gros porc blanc, raciste, homophobe et pourtant homo, en Afrique du Sud; il baise avec d'autres gros porcs blancs racistes et homophobes, clandestinement, parce que dans son milieu ça ne se fait pas d'être homo. Il est confronté au fils d'un de ses amis qui est plus ou moins candidat à épouser sa fille; il en tombe fou amoureux; le jeune homme incarne la nouvelle génération sud-africaine, plus libre, pas raciste; choc culturel et pétage de plombs très grave: ça se passe hyper mal, le gros porc commet un crime immonde qu'il passera le reste du film à essayer d'expier.»

Beginners

Hal fait son coming-out à 75 ans, alors que sa femme est décédée. Son fils, Oliver, accuse le coup...

 

C’est un film lent, dans lequel il ne se passe pas grand chose (on connaît toute l'histoire dans les cinq premières minutes). On suit la gentille amourette d'Oliver, ponctuée d'incessants flash-back qui ralentissent la progression de l’intrigue (enfin, l’intrigue, c’est un grand mot!). On ne rit pas, on ne pleure pas, j’ai pas trouvé ça poétique… Bref, vous avez compris, j’ai trouvé ce film ennuyeux à mourir. Pourtant, je fais partie de ces hommes qui se sont mariés avant de faire leur coming-out sur le tard, donc, j’avais quelques raisons d’être intéressé par ce film je pense. C’est raté!

Tu n’aimeras point de Haim TabakmanL’histoire:  Aaron est un membre respecté de la communauté juive ultra-orthodoxe de Jérusalem. Marié à Rivka, il est le père dévoué de quatre enfants. Cette vie en apparence solide et structurée va être bouleversée le jour où Aaron rencontre Ezri. Emporté et ému par ce bel étudiant de 22 ans, il se détache tout doucement de sa famille et de la vie de la communauté. Bientôt la culpabilité et les pressions exercées par son entourage le rattrapent, le forçant à faire un choix...

C’est un film très lent, je tiens à le préciser tout de suite. Aussi, nous avons tout le loisir de vivre les dilemnes, les souffrances du personnage principal, Aaron, père de famille tourmenté par ses désirs homosexuels. Le film est centré sur ce dilemne et moins sur l’histoire d’amour qu’il vit avec Ezri. C’est dommage car cela aurait donné un peu de couleur à ce film vraiment très gris. Et ce bel étudiant, nous aurions aimé en savoir plus sur lui, une histoire d’amour, c’est deux personnes, non? Cela évoque peut-être le fait qu’Aaron, plein de culpabilité, n’arrive pas à s’investir complètement dans cette relation amoureuse, c’est dommage pour lui ... et pour nous