Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !
Luna Park court métrage gay
Luna Park court métrage gay

J'ai reçu un message de Thibault-Alexandre Bonaparte, jeune réalisateur qui me demande de relayer sa campagne de crowdfunding pour financer son court-métrage Luna Park. Il s'agit d'un court métrage contre l'homophobie. Le film porte sur les difficultés du coming-out.

Si ça vous dit:

https://www.kickstarter.com/projects/1170205087/luna-park-a-short-film-against-homophobia

Cliquer ci-dessous pour voir la bande annonce

 

Beauty Oliver HermanusOliver Hermanus dépeint dans Beauty un homo refoulé, marié, homo- phobe, raciste et criminel, bref, détestable. Pour citer la critique de Télérama: « Avec des personnages tous plus odieux les uns que les autres et des décors d'une froideur artificielle, le cinéaste charge tellement la barque qu'on finit par se demander pourquoi il s'est infligé - et à nous, au passage - une telle torture.»

Un regard plus empathique sur ce qui amène des hommes à renier leurs propres désirs aurait certainement permis un film plus constructif, plus chaleureux, plus humain…

Je vous livre également un extrait d’une critique du film par le sieur De Luxe trouvée sur le forum et-alors.net:

« Je l'ai vu et je l'ai trouvé très très très très lent, mais lent de chez lent, d'une lenteur au delà de la lenteur, proche de l'immobilité absolue. Du coup quand il se passe quelque chose, ça tape, effectivement.

Ensuite, c'est une histoire très intéressante, c'est de belles images, ça vaut le coup d'être vu, mais il faut avoir conscience du fait que pendant la première partie, on va vraiment devoir lutter contre le sommeil, on va atteindre un degré d'ennui vraiment exceptionnel, et que c'est une expérience intéressante par son caractère extrême.

Bon, évidemment, j'exagère un peu, mais le réalisateur a fait un usage vraiment excessif des longs plans fixes sur des éléments du paysage ou sur des visages immobiles, ce qui donne cette impression de lenteur ; en fait, c'est un procédé qui se justifie à mon sens dans la deuxième partie, mais au début du film on ne comprend pas vraiment l'intérêt et on s'ennuie.

Donc allez le voir en sachant que c'est expérimental, en prenant du café avant la séance et des chewing-gums au guarana pendant, ne soyez pas découragés par la lenteur du début car ensuite ça pète.

Pour ce qui est de l'histoire, c'est un gros porc blanc, raciste, homophobe et pourtant homo, en Afrique du Sud; il baise avec d'autres gros porcs blancs racistes et homophobes, clandestinement, parce que dans son milieu ça ne se fait pas d'être homo. Il est confronté au fils d'un de ses amis qui est plus ou moins candidat à épouser sa fille; il en tombe fou amoureux; le jeune homme incarne la nouvelle génération sud-africaine, plus libre, pas raciste; choc culturel et pétage de plombs très grave: ça se passe hyper mal, le gros porc commet un crime immonde qu'il passera le reste du film à essayer d'expier.»

Beginners

Hal fait son coming-out à 75 ans, alors que sa femme est décédée. Son fils, Oliver, accuse le coup...

C’est un film lent, dans lequel il ne se passe pas grand chose (on connaît toute l'histoire dans les cinq premières minutes). On suit la gentille amourette d'Oliver, ponctuée d'incessants flash-back qui ralentissent la progression de l’intrigue (enfin, l’intrigue, c’est un grand mot!). On ne rit pas, on ne pleure pas, j’ai pas trouvé ça poétique… Bref, vous avez compris, j’ai trouvé ce film ennuyeux à mourir. Pourtant, je fais partie de ces hommes qui se sont mariés avant de faire leur coming-out sur le tard, donc, j’avais quelques raisons d’être intéressé par ce film je pense. C’est raté!