Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41dw%2BwUgVgL._SL500_AA300_.jpgMa mère a décidé de m'offrir un bouquin pour m'aider à élever mes ados. Merci maman, mais s'il y a une personne des mains de laquelle je n'ai pas envie de recevoir ce genre de livre, c'est bien toi... Bref, ma mauvaise humeur passée, je feuillette le bouquin. Je cherche dans l'index devinez quoi, "homosexualité". Avec l'idée, si ce qui est dit est intelligent, de le renvoyer dans les dents de l'auteure de mes jours, histoire de lui dire: "Voici ce que tu aurais pu faire avec moi..." Mal m'en a pris. Sur un bouquin de 230 pages consacrées à l'adolescence, il y a à peine deux paragraphes sur l'homosexualité.

1er § intitulé en fuite de l'autre sexe, déjà, on voit que l'auteur a tout compris...

"Certains adolescents qui se confrontent à une déception trop forte lors de leur première relation amoureuse peuvent s'orienter, en réponse, vers l'homosexualité." Remarque: Bien sûr, si on est homo, c'est parce qu'on est dégoûté de l'autre sexe, ça peut pas être juste l'attirance pour "le même sexe que soi". Pour Monsieur Philippe Jeammet, c'est tellement pas normal d'aimer les personnes du même sexe que soi que l'explication la plus raisonnable, c'est d'avoir été (malencontreusement) déçu de la sexualité "normale".

Le 2ème passage où il est question du désir homosexuel chez l'adolescent insiste, comme il se doit, sur le fait que "l'homosexualité s'installe rarement à l'adolescence", que ces pulsions sont ponctuelles et que la parole de l'adulte doit aider l'ado à ne pas "se figer" dans une orientation sexuelle (déviante?). Remarque: en effet, le désir homosexuel peut être chez l'ado qui se cherche quelque chose de passager. Mais je trouve choquant que l'ado qui prend son courage à deux mains pour dire qui il est à ses parents, s'entende répondre: "ça te passera."


. un chemin d'acceptation de soi - dans Ma vie au jour le jour
commenter cet article

Je viens aujourd'hui vous parler d'un blog original et qui fait écho en moi.

 

http://fdata.over-blog.net/4/09/17/11/header_article_tmpphpfn4bBn.jpg

 

Prêtre et gay, le Père Jonathan nous livre ses réflexions, sa vie en toute humanité.

 

Le récit de son chemin vers l'acceptation de ses désirs (à lire dans le jour G) m'a particulièrement touché. J'ai moi-même refusé d'être "comme ça" pendant si longtemps... Jonathan, comme cette prière "Seigneur, je ne veux pas être gay!", résonne en moi :

 

Peu à peu ma prière monte, de plus en plus forte, de plus en plus violente, pour crier au Seigneur : "Seigneur, je ne veux pas être gay." Et en criant de plus en plus, je m'enfonce dans le silence de Dieu, dans cette nuit dont l'obscurité était tangible, envahissante. Jusqu'au moment, où après un silence gigantesque, ou plutôt plongé dans ce néant noir et profond, je murmure :"je suis gay." Et je trouve la paix.

 

Père Jonathan, vous avez des bras poilus comme j'aime !Il faut que je vous dise qu'ado, j'ai pensé à devenir prêtre. Une façon certainement pour moi de m'imaginer un avenir socialement acceptable sans femme. Par ailleurs, à l'époque, très croyant, j'ai usé une énergie folle à essayer (en vain!) de ne plus me masturber (j'avais compris que ça ne plaisait pas à Dieu). Aussi, j'ai lu avec plaisir l'article Je me masturbe et sans scrupules .

. un chemin d'acceptation de soi - dans Choisir sa vie (autres témoignages)
commenter cet article

Le premier été, Anne Percin

Ca parle d’amour.
Ca parle de la Différence.
Ca parle des normes de merde qu’on nous met dans la tête et qui nous empêchent d’être nous même, d’être libres de nos choix, d’aimer.
Ca parle du regret.
De ce qu’on ne peut plus changer.
Et aussi des combats qu’on a envie de mener
A cause d’un prénom.

 

Extrait:

"Ca simplifie tellement les choses, me suis-je dit, quand on sait exactement ce qu'il faut faire! Il n'y a pas d'impair, pas de brutalité, pas d'erreur, tout tombe juste, on fait ce qu'il faut quand il faut, les autres même peuvent regarder, c'est comme un spectacle (...) Dans ton histoire décidément, tout était propre et net. De la première rencontre à la piscine, du premier flirt à la boum jusqu'aux élans de jalousie provoqués par Antoine Mangenuit, de la tentation du sexe, finement écartée, jusqu'au dénouement romantique et cordial de ce dimanche. Parfait. (...) Moi, mes amours étaient brouillonnes, monstrueuses - j'ignorais encore jusqu'à quel point."