Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

J'ouvre mon Petit Larousse 1998 et je trouve:


Perversion: comportement consistant à rechercher de façon régulière le plaisir sexuel en dehors du rapport avec pénétration vaginale entre deux partenaires de sexe opposé.


Les gays sont donc bien des pervers, comme les hommes (et les femmes) qui se masturbent régulièrement ...  Si on ouvre des dictionnaires plus récents, la perversion y est réduite au sadomasochisme, au voyeurisme/exhibitionnisme, au fétichisme... Les frontières sont repoussées, mais il s'agit toujours de condamner des pratiques qui ont l'inconvénient d'être différentes. Le pervers, c'est toujours l'autre...

 

Pour ma part, je considère que chacun fait ce qu'il veut de son corps, tant qu'on est entre adultes consentants. J'aime cette maxime de Michel Onfray: Jouir et faire jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne.
 
Alors, oui, les gays sont des pervers, nous avons des pratiques sexuelles à des fins non-reproductives, est-ce ennuyeux ?

. un chemin d'acceptation de soi - dans Etre gay
commenter cet article

commentaires

bovazza 22/01/2013 20:36


Moi je suis de l'avis de tout le monde, du politiquement correct, je remets en place violement mes potes hétéros sodomites qui se la jouent porte parole du Pape.


 


Mais faut avouer, que les habitudes sexuelles des gays, ils ont jusqu'à des 50 aines de partenraires par mois, ils s'en vantent, ils vont b** dans les aires d'autoroutes, les parkings, les bars
saunas et que sais je..


 


Alors est ce simplement des hommes entre eux, les hétéros en feraient autant s'ils pouvaient, hetero homos que des chiens, ou plutot l'homosexualité masculine implique une perversion sexuelle ?


 


Sincerement ca me dérange de voir des folles et toutes ces rencontres car je n'arrive pas à trouver une atténuation


Je sais qu'il y a des homosexuels normaux, en couple et qui ont arretes de faire n'importe quoi avec frenetique envie de choper le sida entre autres, le sexe libre ne me pose pas de souci, mais
cette surbaise me derange car elle a l'air malsaine

Alejandro 13/01/2012 07:40


Je suis assez surpris de cette définition du Larousse de 1998. Elle se rapporte à celle de Freud en 1905 (!) (« 3 essais sur la théorie de la vie sexuelle »): la perversion est une
déviation par rapport à l’acte sexuel normal.
3 circonstances: – orgasme obtenu avec d’autres objets sexuels que le partenaire du sexe opposé. – lorsque le plaisir est obtenu par d’autres voies corporelles que l’organe génital. – plaisir
sexuel subordonné à certaines conditions extérieures.


Freud a d’ailleurs revu sa définition suite à plusieurs entretiens avec des homos grâce auxquels il en a déduit qu’ils n’étaient pas pervers.


Sinon Joyce McDougall a actualisé la définition: instrumentaliser quelqu’un d’autre, se servir de quelqu’un d’autre qui n’a pas forcément son accord.
Je n’ai pas réussi à trouver la date exacte de cette actualisation. Mais je suppose qu’elle se situe dans les environs de 1972, date d’édition de « La sexualité perverse: étude
psychoanalytique » de J. McDougall et al.


Donc bouh à Larousse 98 si c’est exact!

un chemin d'acceptation de soi 13/01/2012 18:30



La définition de Joyce McDougall est bien sympathique. On se rapprocherait d’un
N’est pas perverse une sexualité entre adultes consentants qui a pour objectif de jouir et faire jouir sans faire du mal ni à soi ni aux autres.





Malheureusement, le terme de « pervers », tel qu’il est entendu par nos contemporains correspond bien à la première définition que tu donnes (Freud): la perversion est une déviation
par rapport à l’acte sexuel normal. La notion de normalité ayant évolué en 15 ans, on passe d’une situation où (Larousse 1998)



est perverse toute pratique sexuelle hors rapport avec pénétration vaginale entre deux partenaires de sexe opposé (c’est clair que c’est raide, mais il n’y a pas si longtemps qu’on ne
fait plus croire aux ados que la masturbation favorise l’acné!)



à la définition actuelle des dictionnaires (Hachette 2008):


 



Perversion: recherche de la satisfaction des pulsions sexuelles par des pratiques telles que sadisme, masochisme, fétichisme, exhibitionnisme, etc …



 


On peut trouver qu’il y a du progrès… ou trouver que les mentalités évoluent mais ont toujours besoin de pointer du doigt des « anormaux ». Aussi, je propose ce discours:
Oui, l’homme a des pratiques sexuelles qui ne visent pas toujours à la reproduction, à commencer par la masturbation. Elles sont perverses car elles détournent l’organe de sa « fonction
naturelle », mais ce n’est pas ennuyeux ou « mal », tant qu’on ne fait de mal ni à soi ni aux autres.



i-poupres 11/01/2012 18:42


je ne connais que l'amour et le désir - le partage n'est pas une perversion, je confirme !!!