Un chemin d'acceptation de soi

  Il m'a fallu du temps pour accepter mon homosexualité. J'avais alors 35 ans, j'étais marié, des enfants. Ce n'est pas une situation simple... J'ai fait des rencontres, je me suis documenté, pour comprendre ce qui m'arrivait... Echanger avec des personnes dans ma situation. Comprendre comment j'ai pu me cacher la vérité à ce point pendant toutes ces années? Alors que je connaissais mes désirs, que j'avais tous les éléments pour comprendre qui j'étais.

J'ai rassemblé ici des témoignages, des références, des poèmes qui m'ont aidé. Si ça peut être utile...

CyriIIe

PS: le site s'enrichit des récits envoyés par les lecteurs.

Pour m'écrire / témoigner:

cyrille (escargot) un-chemin-d-acceptation-de-soi.com

 

_____________________

Pour être sûr de continuer à accéder à ce blog, enregistrez son adresse-racine: poemesgays.

over-blog.org

 

  Mon parcours

 

Aller à l'accueil du blog

Dernier témoignage reçu:

Mon éclosion

mon éclosion

 

Affronter ses peurs

"Il est préférable d'affronter une fois dans sa vie un danger que l'on craint que de vivre dans le soin éternel de l'éviter."
Marquis de Sade

 

En parler à quelqu'un...

Liens sur le thème "ex hétéro"

 

Dessins érotiques gays

Les lapins en peluche rêvent-ils de carottes électriques ? (dessins érotiques gays) :

bearwaterfish

 

recherche sur le blog par mot-clé

 

 

 

Partages entre nous (vos commentaires)

Vous pouvez échanger avec les autres lecteurs du blog via les commentaires. Voici les dernières discussions actives:
 
Titus18 juin 2017témoigner
Je vais vous expliquer mon histoire...j'ai rencontre un homme sur un site gay moi etant separe avec une fille de 16 ans et lui separe avec 2 filles une de 4ans et une de 3...nous essayons de nous voir quand on sait, cest a dire 1x par semaine ou 2 mais la situation est un peu delicate dans le sens ou personne est au courant. Son ex lui demande de garder les enfants quand elle travaille mais a son domicile a elle, ou quand elle l'invite a diner ou pour faire le jardin cuisiner et faire les taches menageres mais n'ont pas instaure de garde pour les enfants....il retourne ensuite a son appart pour dormir.....nous vivons une belle histoire mais une crainte de ma part s'est installee donc je sais pas comment je dois reagir.si quelqun connait la meme situation ce serait sympa de m.eb dire un peu plus merci
 
Anonyme74917 juin 2017Guérir de l'homosexualité
L'hommosexualité N'EST PAS UNE MALADIE ON N'EN GUERRI PAS ON EN FAIS LE CHOIX C TOUT ET PERSONNE NE VAS FORCER QUICONQUE A ETRE CE QUI POUR LUI EST "NORMAL". PERSONNE N'EST NORMAL ON EST TOUS DIFFÉRENT.
 
 
je lis avec attention les témoignages, je suis perdu voulant être moi et ne pas faire souffrir autour de moi...Les témoignages sont déjà anciens y a t 'il des nouvelles de Nathanael et des autres pour savoir la suite
 
Marco30 mai 2017Prêtre et gay
Bonjour Ermite, pourriez-vous m'informer sur ces Eglises en Belgique plus tolérantes envers les homosexuels?
 
 
 
 
Mon dieu que ça fait du bien de vous lire, j'ai 37 ans et autant d'années de souffrance, je me suis séparé de la femme il y a un an, nous avons eu 3 enfants magnifiques, depuis quelques mois je vis avec une femme formidable, mais à force de parler elle a su percer mon secret et ça m'a libéré, je l'ai par la suite annoncé à mes parents et à mon frere, je ne sais plus où j'en suis !! Si mon message est clair répondez moi, je souffre je ne sais plus que faire je suis torturé, suis je bi, suis je homo, pour moi je suis bi avec une attirance beaucoup plus forte pour les hommes....
 
Bonjour j'ai 55 ans marié 4 enfants. Et après de nombreux plan sexe gay j'ai fait la connaissance il y plus d'un an d'un homme de 51 ans qui vis avec un homme. nous nous sommes rencontrés sur un site gay et depuis nous vivons le grand amour. Pas un jour sans sms et les week-end sans sont longs. Par contre nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et c'est un pur régal. Je sais que cette relation restera une relation d'amants car il adore son compagnon avec lequel il vit depuis 8 ans. Mais quel bonheur de se voir , de s'embrasser , se caliner , causer , rire et faire l'amour.Je vis avec cet homme une relation amoureuse homosexuelle forte et intense. Et c'est super beau d'autant que je ne pensais jamais vivre ce que je considère comme le summum de mon homosexualité : aimer un homme qui m'aime. Mais je suis réaliste et je sais qu'un jour il faudra l'oublier. Mais oublie-t-on vraiment un amour? Didier
 
Bonjour,
Témoignage touchant et bouleversant !
Vraiment...
La gorge nouée et le regard trouble, j'écris ces quelques mots pour vous dire tenez bon, courage vous êtes sur le bon chemin : le vôtre !
VIVEZ JUSQU'A LA FIN QUOIQU'IL ARRIVE !
 
Bonjour,
je suis gay et amoureux d'un homme marié et deux enfants. Votre témoignage fait écho en moi et m'interroge sur la situation de mon amant et s'il souffre tout comme vous de la situation.
Je commence à souffrir également de la situation car je sais que plus le temps va passer plus il me sera difficile de le quitter.
Cette semaine nous nous sommes disputés sur un malentendu mais en arrière plan pour moi il y avait cet intention de le quitter mais cela est déjà bien difficile à faire et même à l'imaginer.
Je vous souhaite du courage surtout celui de vivre pour vous donc une vie qui soit la vôtre !
cela demande courage et énergie mais au final vous gagnez beaucoup en liberté et enfin vous pourrez être !
portez vous bien !

coming out aux enfantsJ’ai deux enfants très différents l’un de l’autre. Celui de 22 ans sportif, expansif et l’autre, 18 ans, plutôt réservé, dans son monde, avare de paroles….


Depuis toujours je me sais gay mais une vitale envie d’enfants, un parcours dans une famille où l’on parle beaucoup mais pas de sexualité… bref je vis jusqu’à 37 ans en refoulant cette attirance, tout à mon projet de vie hétéro, les enfants, une maison à rénover et un certain nombres d’autres sauvetages non avoués pour faire durer un couple qui bat de l’aile depuis très longtemps. Depuis l’éloignement progressif entre moi et mon ex femme, les situations de plus en plus conflictuelles, une vie qui ressemble à un désert, plus jamais d’intimité, de calins, de relations sexuelles ou alors subies et dénuées de tout amour de toute complicité et de plaisir…. Deux vies qui se détricotent, qui se croisent, qui s’évitent, qui finissent par se regarder en chien de faïence. Dans le même temps le démon que l’on croyait maîtrisé, enfermé, refoulé, profond ressurgit. Alors commence une progressive, descente aux enfers… Premières excursions dans le monde gay via internet. Images, quelque vidéos, puis plus d’images et encore plus de vidéos, la nuit quand l’autre est endormie dans la chambre d’à côté et un désir de corps masculin qui vous mange la vie; qui hante l’esprit, jour et nuit. Passage à l’acte, webcam et pratiques sexuelles à deux par écrans interposés. Et soudain, la porte s’ouvre et votre femme est derrière vous … cercle infernal du déni, du mensonge….


Les mois passent à éviter, persuader, se persuader que le pire c’est de perdre ses enfants… échafauder des solutions intenables, improbables, …. Et puis de toute manière tout est fini. Passage a l’acte première rencontre en réel…..très espacées, puis un peu moins. Les enfants sont grands 15 et 18 ans, comment vont-ils vivre le divorce…. Le pire pour moi après avoir réglé le divorce et organisé une autre vie, différente, mais toujours avec les enfants au centre de mes préoccupations, était de leur avouer mon homosexualité. Prendre le problème et le tourner et le retourner des jours, des mois ne pas en dormir, le vomir …. En ayant en même temps envie de vivre au grand jour ma vie gay … non ; pas envie, mais besoin.


Etat dépressif, des UP et des DOWN…. Un mal être. Je laisse des traces, j’émets des signaux j’ai toujours élevé les enfants dans la tolérance et l’ouverture d’esprit et nous avons un ami gay qui est venu beaucoup à la maison et mon fils, le grand, a une amie lesbienne ; ils discutent souvent d’homosexualité. J’en discute régulièrement avec eux aussi et je les rassure sur leurs penchant en leur affirmant que tout le monde est le bien venu dans cette maison ; leurs petites amies… ou petits amis. J’ouvre large des portes pour qu’il ne souffrent pas autant que moi. Mais trouille au ventre de le dire, de dire cette homosexualité qui pourrait me faire perdre mes enfants…non pas leur garde, ils sont grands, presque de jeunes adultes ; j’ai peur de perdre leur confiance, ne plus voir dans leur regard complicité, amour et de casser le fil de mes fils. Je continue mon jeu de piste…. Comment dire ? Par quoi commencer ? A quel moment ? Avec quels mots ? Je me suis toujours promis que lorsque j’aurai rencontré quelqu’un d’important pour moi, lorsque je serai dans une vraie relation de couple je leur dirai sans aucune appréhension… quel étrange sentiment … parce que sinon c’est quoi ? Plus sale ? Moins vrai ? Juste du sexe entre hommes ? Perversion ? Anormalité ?

 

Pas aidé du tout par mon ex , plutôt enterré et accusé, humilié… je suis un traitre, un menteur ; mais je ne peux simplement pas en parler, pas tout seul, aidez-moi. Pas envie d’aller voir un psy, en même temps si, mais personne ne me tend la main…. Je coule. Je tiens dix ans avant de divorcer, ça fait maintenant presque 3 ans. Et je ne vis pas mieux, je reste un clandestin. Patrice arrive dans ma vie, même parcours, 10 ans de moins, père, homo et mari. Il a une vision plus clairvoyante que moi peut être, il est moins culpabilisé ou en tout cas moins montré du doigt par sa femme ? Bref il est gay, il me l’annonce et je lui réponds en retour, naturellement que moi aussi. Nous nous connaissons depuis 20 ans. C’est libératoire pour moi ; je ne suis pas seul, et lui je le connais on a toujours été très proche et pour cause une même sensibilité nous rapproche depuis si longtemps ; et il est comme moi.

 

Je suis UP très UP même. Nous nous voyons, nous sommes … ensemble, j’ai du mal à dire ça et en même temps j’en rêvais tellement de le dire pour ce que ça représente pour moi, je remonte à la surface.


Mon fils ainé ne dit rien mais il est inquiet à mon sujet. C’est peu après le début de notre histoire avec Patrice. Ce soir là je me dit que je leur parle, je tourne déjà une entrée en matière en préparant le repas du soir … Mon fils debout derrière moi, pose ses mains sur mes épaules et lâche la pression, il est mal, il a un peu bu, mal être pour lui aussi… «Comment vas-tu ? Tu as un copain en ce moment»? Et là naturellement comme si le moment était arrivé je réponds oui , ne t’inquiète pas, tout va bien ; et on se regarde dans les yeux…. La soirée se poursuit on discute Coming Out, sa mère, moi... Les pourquoi, les comment. A part vouloir comprendre pourquoi je ne lui en ai pas parlé ; « à moi tu peux tout dire » ; je ne peux que dire que j’avais tellement peur de leur réaction… Il me dit le savoir où du moins avoir compris depuis longtemps mon homosexualité. Il est heureux, des tonnes de plomb disparaissent de mes épaules sur lesquelles elles s’étaient posées depuis des années Je respire, je vais bien, de mieux en mieux j’ai l’impression de revivre, de passer du noir à la lumière vive. Je crois que je pleure…Merci Robin


Mon CO avec mon deuxième fils de 18 ans ne pose pas plus de problème. « Si tu es heureux comme ça, tu nous as toujours appris la tolérance et l’ouverture d’esprit… c’est ton histoire… »


Je suis gay , Je vis, j’assume et je le dis avec jubilation. Je suis fier de mes enfants et je les remercie de m'accepter comme père tel que je suis. Merci Patrice pour la force que tu m'as donnée depuis le début de notre relation.

 

A tout ceux qui lisent ce post, on peut en parler.

commentaires

pascal 05/09/2012 19:28


bonjour , que dire de plus , je viens moi aussi de passer par là . j 'ai fait mon comming hout le 25 12 11 , hé oui le jour de noel! mes deux fils avais 11 et 15 ans . le seul regret est d'avoir
perdu plusieurs année a reculé ce moment .


j espere que tu vie mieux ,moi je découvre vraiment ma vrai vie


pascal  (ansonp76@yahoo.fr )

Nicolas 08/12/2011 14:18


Un bel article qui m'a ému surtout sur la fin (j'ai aussi deux garçons, mais plus jeunes).


J'ai 47 ans et deux garçons de 10 et 12 ans, une femme un peu plus agée que moi et une vie de famille qui se déroule plutôt bien.


Je n'ai pas la même expérience de l'homosexualité que ce témoignage (et de bien d'autres), mais en même temps, je me retrouve dans beaucoup des témoignages de ce site qui aborde la question
homosexuelle dans toute sa dimension affective (comme si, pour bien des sites, l'homosexualité pouvait se réduire à une rencontre sexuelle).


Cela me donne aussi envie de témoigner de ma propre histoire.


Je n'en suis pas au coming out... loin de là.


En fait, mon histoire commence avec celle de ma psychanalyse. Cela peut effrayer certains, pour moi, c'était la seule issue possible car lorsque j'en ai commencé une, à environ 25 ans, la
question n'était pas tant celle de l'homosexualité que celle de mon existence même. Je vous passe les détails sur mon enfance, coincé entre un père sadique et une mère envahissante. Bref,
j'arrive à la fin de mon adolescence, complètement destructuré, ne sachant plus si j'étais un homme ou une femme, effrayé par toute forme de sexualité et, plus largement, de relations affectives,
vivant dans une grande solitude psychique et sociale. La question de mon homosexualité est présente par des fantasmes homosexuels, mais n'est qu'un élément dans ce désordre psychique où j'éprouve
toute sorte de fantasmes angoissants : mutilation, transexualité, et surtout, le sentiment de ne pas exister.


La question de mon père, de ma relation complètement ratée avec lui, revient à chaque séance (deux fois par semaine, même trois à certains moments !). M'étreint le sentiment de n'avoir jamais
existé à ses yeux, d'avoir été son objet plus que son fils,... bref, quelque chose qui me fait terriblement souffrir et me laisse anéanti. Je suis attiré par les femmes et, en même temps, le
passage à l'acte est impossible car ce sont des images homosexuelles qui me viennent à l'esprit. En même temps, je ne me sens pas attiré par les hommes - une photo d'un homme nu ne m'excite pas,
aussi beau soit-il ! Je rencontre une femme par minitel (je suis dans l'incapacité de draguer une femme) ; nous nous rencontrons, je découvre l'amour et le plaisir des corps. Mais c'est encore
plein de contradictions, de tiraillement et de souffrances. Au bout d'un an, nous nous séparons. Je tente quelques expériences homosexuelles, plutôt soft. Le plaisir n'est pas vraiment au
rendez-vous ; en fait, ce que j'aime, c'est parler. Avec l'un d'entre eux, Laurent, c'est un vrai plaisir : il est à l'aise dans son homosexualité, pas envahissant, amoureux de moi sans que je
m'en rende vraiment compte. On dort ensemble, plus qu'on ne couche : j'ai du mal à toucher et à carresser le corps d'un homme, j'ai l'impression de ne pas être à ma place. Et bien souvent, ce
sont des fantasmes hétero qui me viennent alors à l'esprit. Laurent se lasse et, nous nous séparons, sans vraiment que je m'en rende compte, car nous continuons à nous voir de temps en temps. Une
chose est sure, c'est que je ne parviens pas à me reconnaitre comme homosexuel.


Entre-temps, j'ai changé d'analyste. Avec le premier, le courant ne passait pas et il avait décidé d'arrêter son activité, cela tombait bien. Je m'entends beaucoup mieux avec le deuxième ; il
prend la place de mon père dont je parle, encore et toujours, de séances en séances. Je change de travail et rencontre ma femme actuelle. Elle veut vivre avec moi, mais je ressens cela comme un
envahissement. Je lui lâche le morceau : je me sens homosexuel et cela me parait impossible de fonder une famille. Elle ne me croit pas homo, tout comme Laurent et mon deuxième analyste. Je suis
amoureux d'elle et j'aurais le sentiment de tout perdre si je me séparais d'elle. Nous décidons de vivre ensemble ; elle est très mal accueilli par mon père qui l'appelle Madame, l'ignore quand
elle lui adresse la parole. Je suis tétanisé par cette situation ; comme à l'habitude, ma mère essaie d'arrondir les angles. Cela durera ainsi jusqu'à la mort de mon père, qui est pour moi un
soulagement et une vraie délivrance. Ma mère meurt deux ans après et je ne la regrette pas non plus. Entre-temps, nous avons eu deux garçons, qui grandissent bien et auxquels, ma femme comme moi,
consacrons beaucoup d'attention. Ils sont heureux de vivre, réussissent à l'école, ont des copains; bref, tout va bien, et ils sont aux antipodes de ma propre enfance. De les voir ainsi, cela me
rend heureux.


J'ai arrêté mon analyse il y a 6 ou 7ans, après 15 années passées allongé sur un divant. J'en ai repris une il y a deux ans avec une femme cette fois là. Ma femme ne le sait pas ; elle supportait
mal ma précédente analyse et m'avait déjà fait des scènes à cet égard. Avec cette analyste, j'ai surtout parler de ma mère, de sa façon insidieuse de défendre mon père, de refuser toute forme de
conflit, m'empêchant ainsi de la foutre dehors de ma propre vie. Je me rends compte aujourd'hui que j'ai peur des femmes, au sens que les femmes arrivent toujours à leurs fins, qu'elles sont
castratrices et envahissantes. La colère contre ma mère que je n'ai jamais pu formulée enfant s'est transformée en haine des femmes. Elles ne sont pas que cela, mais en ce moment, c'est cela qui
domine dans la représentation que je m'en fais. Cela ne parait pas au quotidien dans mes relations avec elles; c'est quelque chose de très psychique, qui n'a pas nécessairement beoin d'être
exprimé par une agressivité à leur égard. Parallèlement à cela, mes fantasmes d'actes homosexuels sont toujours présents.


L'analyse m'a beaucoup aidé. Déjà à survivre à mes idées de suicide qui m'ont envahi des années, au point que lorsque j'attendais le métro, je reculais au fond du quai pour éviter le geste
malheureux de me jeter dans le vide au dernier moment. Ensuite, l'analyse m' ai aidé à mieux me connaître et à m'accepter.


Mon analyste pense que je ne suis pas homosexuel. Moi, je n'en sais rien. Dans un sens, je m'en fous un peu. Non, pour moi ce qui est dur, c'est de ne pas savoir, de me sentir coupable, d'être
dans l'incapacité d'aimer physiquement un homme car je ne me sens pas sexuellement attiré, alors que, dans le même temps j'ai des fantasmes homosexuels qui prennent beaucoup de place dans ma vie.
Certains y verront un refoulement de mon homosexualité ; pourquoi pas ? en même temps, je me dis qu'après avoir passé tant de temps sur un divan, je ne pense pas être tellement dans le
refoulement.


A ce jour, j'ai surtout l'impression qu'il m'est impossible d'aimer un homme et de me laisser aimer par lui. J'y vois une image (encore) terrifiante de la relation ratée avec mon père et je me
dis, que la relation avec un homme ne peut être que cela, une sorte de répétition à l'infini de ce que j'ai raté quand j'étais enfant et que je n'ai, finalement, jamais réussi à quitter.


C'est un tableau noir de ma vie que je vous livre. Et pourtant, c'est une vie bien plus heureuse que celle de mon enfance. La difficulté est aujourd'hui de quitter une vie de famille établie pour
quelque chose dont je ne suis même pas sûr que ce soit cela que je souhaite.